La cour d'appel de Paris refait le match Crédit Lyonnais/Tapie

lundi 28 septembre 2015 10h01
 

* Tapie demande plus d'un milliard d'euro

* Le parquet général n'interviendra pas

* L'enquête au pénal se poursuit

par Chine Labbé

PARIS, 28 septembre (Reuters) - Plus de vingt ans après les faits, la cour d'appel de Paris s'apprête à refaire le match, mardi, dans le litige qui a opposé Bernard Tapie au Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas.

Saisie par le Consortium de réalisation (CDR), structure publique qui gère le passif du Crédit Lyonnais, la cour a annulé le 17 février dernier la sentence arbitrale qui avait accordé 404 millions d'euros à Bernard Tapie en 2008, avec les intérêts.

"Cet arrêt confirme que l'arbitrage (...) a bien été rendu à la suite d'une fraude", déclarait dans la foulée le ministre des Finances, Michel Sapin, y voyant le signe du "bien-fondé du choix d'attaquer cette sentence arbitrale."

Bernard Tapie, qui espère obtenir plus d'argent et faire reconnaître "sa qualité de victime", réclamera un montant un peu supérieur à un milliard d'euros.

Pour justifier sa demande, son avocat, Emmanuel Gaillard, dit s'appuyer sur des documents obtenus à l'occasion de la procédure pénale sur l'arbitrage controversé. Ceux-ci montrent selon lui "la totale préméditation" de la banque, qui aurait décidé dès le début de capter une partie des plus-values de la revente d'Adidas jusqu'à sa mise en bourse.   Suite...