Zone euro-Croissance soutenue mais davantage de QE en vue-PIMCO

jeudi 24 septembre 2015 11h52
 

par Jamie McGeever

LONDRES, 24 septembre (Reuters) - L'économie de la zone euro va connaître une croissance supérieure à son potentiel de long terme l'année prochaine mais la persistance d'une faible inflation devrait conduire la Banque centrale européenne (BCE) à augmenter ses achats d'actifs, a dit jeudi la grande société de gestion spécialisée sur l'obligataire Pacific Investment Management Co (PIMCO).

Une demande intérieure soutenue et une contribution plus favorable de la politique budgétaire devraient permettre à la zone euro d'enregistrer une croissance en termes réels de 1,75%, a dit PIMCO à l'occasion de la dernière édition de son Cyclical Forum trimestriel. Cette prévision est légèrement supérieure à celle faite en mars.

L'inflation, quasi-nulle actuellement, ne devrait pas accélérer au-delà de 1,25% l'an et la BCE sera contrainte soit d'augmenter son programme d'assouplissement quantitatif (QE) de 10 milliards d'euros supplémentaires par mois pour le porter à 70 milliards mensuels, soit de le prolonger au-delà de septembre 2016 jusqu'en 2017. La BCE cible une inflation inférieure à, mais proche, de 2% à moyen terme.

"Les politiques de la BCE commencent à produire leurs effets. Les sommes cumulées qui vont être injectées dans l'économie via le QE sont équivalentes à 10% du produit intérieur brut... un montant considérable de stimulation", a dit Andrew Bosomworth, directeur général de PIMCO.

"Le QE et les taux d'intéret négatifs forment une combinaison puissante et après six mois de lancement du programme, il y a certains signes de succès."

PIMCO a en revanche abaissé cette semaine sa prévision de croissance pour l'économie américaine et prévenu que la Réserve fédérale pourrait se rertrouver dans l'incapacité d'échapper à sa politique de taux zéro.

PIMCO s'attend par ailleurs à un ralentissement de la croissance de la Chine dans une fourchette de 5,5% à 6,5%, l'année prochaine contre 7% actuellement.

Dans la perspective de taux d'intérêt plus faibles pour une période plus longue, PIMCO a surpondéré les obligations d'Etat espgnoles et italiennes et sous-pondéré l'euro dans son allocation de portefeuilles.   Suite...