Wall Street ouvre en baisse avec le recul des matières premières

mardi 22 septembre 2015 15h44
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 22 septembre (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert mardi en nette baisse, sur la même tendance que les places européennes, en raison notamment de la rechute des cours des matières premières liée aux inquiétudes au sujet de la Chine.

Les investisseurs peinent en outre toujours à voir clair dans la stratégie de la Réserve fédérale. Celle-ci s'est abstenue de relever ses taux jeudi dernier en invoquant un contexte international morose, mais les déclarations de certains responsables de la Fed ont depuis relancé l'hypothèse d'un prochain resserrement monétaire aux Etats-Unis, ce qui raffermit le dollar.

L'indice Dow Jones perd 222,48 points, soit 1,35%, à 16.287,71. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 1,33% à 1.940,81 et le Nasdaq Composite cède 1,44% à 4.759,36.

"Le marché est fragile tel qu'il est", souligne Art Hogan, responsable de la stratégie de marché chez Wunderlich Securities à New York. "La volatilité va persister jusqu'à ce que nous ayons un peu de clarté au sujet de la Fed et de la Chine."

Les efforts du gouvernement chinois pour soutenir l'activité économique n'ayant pas dissipé les doutes sur l'état réel de la deuxième économie mondiale, le cuivre perd plus de 3,5% et les cours du pétrole chutent d'environ 2% pour le Brent et de 2,5% pour le brut américain.

Aux valeurs, Goldman Sachs abandonne 1,85% à 179,95 dollars alors que son directeur général Lloyd Blankfein a annoncé mardi qu'il souffrait d'une forme "bénigne" de lymphome.

Bank of America cède 1,15% à 15,52 dollars avant une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle les actionnaires pourraient contester la décision de confier à Brian Moynihan la fonction de président en plus de celle de directeur général.

Le secteur des biotechnologies, dont l'indice sectoriel sur le Nasdaq perd plus de 2%, continue de souffrir des déclarations de Hillary Clinton. Cette dernière, en tête des intentions de vote pour l'investiture démocrate à la présidentielle de 2016, a promis un plan de lutte contre le "prix exorbitant" des médicaments spécialisés. (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)