Varoufakis et Konstantopoulou tirent à boulets rouges sur Tsipras

dimanche 20 septembre 2015 15h04
 

ATHENES, 20 septembre (Reuters) - Yanis Varoufakis, ex-ministre des Finances d'Alexis Tsipras, et Zoe Konstantopoulou, ancienne présidente du Parlement grec, ont tiré à boulets rouges dimanche sur leur ancien allié, l'accusant d'avoir trahi le peuple grec.

En pleines opérations de vote, Varoufakis a estimé que les élections législatives de ce dimanche, provoquées par la démission de Tsipras, visaient à "anéantir" la volonté des Grecs.

Zoe Konstantopoulou, autre figure de l'aile gauche du parti Syriza qui s'était désolidarisée cet été du troisième plan d'aide négocié par le Premier ministre sortant avec les créanciers d'Athènes, a émis l'espoir que les électeurs allaient sanctionner dans les urnes ceux qui ont ignoré leur volonté.

"Le peuple va déjouer les plans de ceux qui veulent les acculer au pied du mur et leur imposer des plans de sauvetage contre leur volonté", a déclaré l'ancienne présidente du Parlement après avoir voté.

"Les nouvelles générations savent qui les a trahies et prendront des initiatives pour rétablir la démocratie sur notre territoire", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué diffusé via un site grec d'information, Yanis Varoufakis estime lui que le scrutin de dimanche sert deux objectifs:

"Primo, annuler le 'non' courageux que 62% de la population grecque (malgré le discours alarmiste des médias, la fermeture des banques et les contrôles des capitaux) a opposé aux programmes et mémorandums sans issue, humiliants et irrationnels des plans de sauvetage", indique-t-il en allusion au référendum du 5 juillet sur les mesures d'austérité réclamées par les partenaires d'Athènes.

"Secundo, la 'légalisation' de la capitulation qui a suivi la signature du troisième mémorandum sans issue, humiliant et irrationnel", ajoute-t-il.

Varoufakis ajoute qu'il votera pour Unité populaire, le parti formé par des dissidents de Syriza, déjà soutenu par Konstantopoulou.   Suite...