General Electric va créer un centre de moteurs turbo en Europe

jeudi 17 septembre 2015 14h29
 

WASHINGTON, 17 septembre (Reuters) - General Electric a annoncé jeudi son intention de créer en Europe un centre de développement de moteurs à turbopropulsion, ce qui se traduirait par 500 à 1.000 créations d'emplois, en raison de la disparition des soutiens aux exportations aux Etats-Unis.

Le conglomérat industriel américain précise qu'il s'agirait d'un investissement de plus de 400 millions de dollars (353 millions d'euros). Il compte aussi investir 55 millions de dollars au Brésil pour y construire un nouveau centre d'essai pour moteurs.

Pour cette même raison, liée à la décision du Congrès américain de faire disparaître l'Export-Import Bank, GE a déjà annoncé mardi le transfert de 500 postes de ses activités de production de turbines électriques des Etats-Unis vers l'Europe et la Chine, dont 400 en France.

L'aile la plus conservatrice de la majorité républicaine du Congrès américain assimile les services rendus par l'ExIm Bank (créée en 1934 sous la présidence de Franklin Roosevelt) à de l'"assistanat d'entreprise" et à du "capitalisme de copinage", ce qui l'a conduite en juin à refuser de renouveler son autorisation de fonctionnement.

GE explique qu'il est candidat à des projets internationaux dans l'énergie représentant un total de 11 milliards de dollars et nécessitant des financements par des agences de crédit à l'export.

Le groupe américain s'est engagé à créer un millier d'emplois en France après le rachat de la branche énergie d'Alstom, une promesse faite dans le cadre des discussions avec les autorités françaises. L'opération a obtenu la semaine dernière le feu vert définitif de la Commission européenne. (Susan Heavey et David Lawder; Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français)