Aube dorée compte exploiter la colère des Grecs le 20 septembre

vendredi 11 septembre 2015 16h54
 

par Karolina Tagaris

THERMOPYLES, Grèce, 11 septembre (Reuters) - Brandissant des torches alors que la nuit tombe, des militants du parti grec d'extrême droite Aube dorée entonnent l'hymne national lors d'une cérémonie aux Thermopyles, où le roi Léonidas et ses 300 Spartiates résistèrent jusqu'à la mort à l'armée perse de Xerxès en 480 avant Jésus-Christ.

Au roi des Perses qui lui demandait de déposer les armes, Léonidas répondit: "Viens les prendre !"

"Le message de Léonidas -- 'Molôn Labé' -- n'a jamais été autant d'actualité pour tous ceux qui tourmentent la Grèce", lance aux militants vêtus de noir Eleftherios Synadinos, un général à la retraite.

"Nous ne sommes pas comme tous les autres qui courbent la tête. Nous nous tenons bien droit, nous sommes debout et notre message sera entendu le 20 septembre", jour des élections législatives anticipées, ajoute-t-il.

"Nous ne devons pas déposer les armes. Nous ne devons pas plier !", poursuit-il alors que la foule scande "Peuple ! Armée ! Nationalisme !"

Les principaux dirigeants d'Aube dorée sont poursuivis par la justice pour association de malfaiteurs. Son chef, Nikos Mihaloliakos, et une vingtaine d'autres cadres du parti avaient été arrêtés en 2013, après le meurtre du rappeur Pavlos Fissas à Athènes.

Sur fond d'austérité et de crise migratoire, le parti d'extrême droite devait rester à l'issue du scrutin du 20 septembre la troisième formation représentée à la Vouli, le parlement monocaméral grec. Il arrive même en tête des intentions de vote parmi les électeurs âgés de 18 à 24 ans.

"Beaucoup de gens pensent qu'il faut donner un bon coup de pied dans la fourmilière politique et que seule Aube dorée est en mesure de le faire", dit Costas Panagopoulos, qui dirige l'institut de sondage ALCO.   Suite...