DCNS envisage un rapprochement partiel avec Fincantieri-presse

vendredi 11 septembre 2015 13h35
 

PARIS, 11 septembre (Reuters) - Le constructeur naval militaire DCNS et son concurrent italien Fincantieri négocient un rapprochement à parité de leurs activités de bâtiments de surface, écrit vendredi latribune.fr, citant des sources concordantes.

Les deux groupes se sont mis d'accord cet été sur une feuille de route visant à déterminer des sujets communs de coopération, a confirmé à Reuters une source proche du dossier.

Selon latribune.fr, l'accord consiste en un document non engageant destiné à encadrer des négociations entre les deux groupes après des discussions démarrées fin 2014.

Cet accord porte sur des programmes (comme les frégates multimissions Fremm), des technologies (de la R&D sur les systèmes de combat du futur), des équipements (notamment les sonars) et le marketing (pour déterminer les pays ayant des besoins en navires), a précisé la source proche du dossier.

"Des discussions de cette nature, on en a avec tous les industriels européens", a-t-elle cependant ajouté.

Outre Fincantieri, DCNS a pour concurrents le britannique BAE Systems, l'allemand ThyssenKrupp Marine, l'espagnol Navantia et le néerlandais Damen.

DCNS a déjà coopéré avec Navantia sur les sous-marins Scorpène et avec l'allemand Atlas Elektronik (coentreprise entre Airbus Group et ThyssenKrupp) dans les torpilles lourdes F21, tout en discutant avec la Grande-Bretagne notamment dans les sonars, a précisé la source.

Le PDG de DCNS Hervé Guillou avait lui-même déclaré en juillet que le groupe discutait avec des partenaires européens, sans préciser de calendrier, et s'était dit prêt à s'engager dans une éventuelle consolidation européenne le moment venu.

La France et l'Italie, qui travaillent déjà ensemble dans les frégates Horizon, les Fremm et les torpilles légères MU90, s'étaient dites prêtes à coopérer dans le domaine naval de défense lors d'un sommet bilatéral en février. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)