LEAD 1-La France conditionne l'aide à l'export de centrales au charbon

jeudi 10 septembre 2015 11h12
 

(Avec déclaration de Manuel Valls)

PARIS, 10 septembre (Reuters) - La France a décidé de supprimer immédiatement ses aides publiques à l'exportation de centrales au charbon qui ne sont pas dotées de dispositifs de capture et de stockage du gaz carbonique (CO2), a déclaré jeudi Manuel Valls.

Ces aides permettent notamment de réduire les coûts à l'export vers les pays en développement des technologies du charbon, dont les centrales alimentées par ce combustible.

A 81 jours de la conférence des Nations unies sur le climat, dont la France sera l'hôte en décembre, le Premier ministre français a adressé un signal attendu de la volonté de Paris de mettre en accord ses paroles et ses actes, le charbon étant l'énergie fossile la plus polluante.

L'entourage du chef de l'Etat, François Hollande, avait promis mardi que la question de ces aides serait "clarifiée" d'ici la conférence de Paris, où 195 pays vont tenter de conclure le premier accord universel sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

"Nous supprimerons immédiatement les crédits export pour tous les nouveaux projets de centrales à charbon qui ne sont pas dotées d'un dispositif de capture et de stockage du CO2", a déclaré Manuel Valls en ouverture d'une conférence sur le thème "la France s'engage pour le climat", à l'Elysée.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avait auparavant dit sur France Info que les aides accordées au groupe français Alstom pour l'industrie du charbon seraient supprimées.

"Le président de la République a été très clair, les aides à Alstom seront supprimées", avait-elle déclaré.

"Ce que j'ai proposé (...) à Alstom, c'est que les aides de l'Etat qui étaient données pour le charbon lui soient données pour investir dans les énergies renouvelables", a-t-elle ajouté. (Chine Labbé et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)