Theolia limite sa perte au S1 et se rebaptise Futuren

mardi 8 septembre 2015 19h11
 

PARIS, 8 septembre (Reuters) - Theolia a annoncé mardi un résultat net proche de l'équilibre au titre du premier semestre 2015 et un changement de nom, le producteur indépendant d'électricité d'origine éolienne se rebaptisant Futuren pour illustrer son redressement et ses perspectives de développement.

Le groupe a également confirmé dans un communiqué son objectif de doubler à court terme sa capacité éolienne installée pour compte propre en France et au Maroc, qui atteint aujourd'hui quelque 160 mégawatts (MW).

"Au moment où le marché attaquera de manière plus accélérée sa consolidation, Futuren essaiera d'agréger autour de sa plate-forme, avec les mêmes critères de performance et de rentabilité, pour croître également de manière non organique", a déclaré à Reuters son directeur général, Fady Khallouf.

Futuren aura aussi un rôle à jouer dans d'autres filières renouvelables, a-t-il également indiqué, sans toutefois préciser si le groupe reprendrait pied dans le solaire dont il est sorti en mai 2014.

En tenant compte de la vente de ses parts dans la société allemande Breeze Two Energy, l'ex-Theolia a enregistré un résultat opérationnel de 6,2 millions au premier semestre (contre 0,4 million un an plus tôt) et un chiffre d'affaires de 29,8 millions (contre 29,5 millions).

Le groupe a fortement réduit sa perte nette part du groupe, passée de 10,9 millions d'euros à 1,9 million.

Créée en 1999, introduite en Bourse en 2002 et au bord de la faillite il y a six ans, la société est aujourd'hui présente en Allemagne, en France, au Maroc et en Italie.

Elle exploite 882 MW de capacités éoliennes pour compte propre et pour compte de tiers et dispose de plus de 200 MW de projets autorisés, en construction ou en passe de l'être.

Après l'échec en septembre 2013 d'une offre amicale de rachat lancée par un fonds détenu par l'australien Macquarie, le groupe a mis en oeuvre l'an dernier un plan de restructuration financière qui s'est traduit par une augmentation de capital et un rééchelonnement du remboursement de sa dette obligataire.

"Il nous manque peut-être des moyens pour décupler notre développement en consolidant le marché et là, il est évident qu'il nous faudra un peu plus de fonds. Je ne milite pas pour une OPA ou pour se vendre (...). J'ai confiance dans la capacité de Futuren à attirer des investisseurs", a dit Fady Khallouf.

Avant la publication des résultats semestriels, l'action Theolia a clôturé mardi sur un cours de 0,56 euro, enregistrant une hausse de 5,7% depuis le début de l'année après un recul de 51,5% en 2014, pour une capitalisation boursière proche de 104 millions. (Benjamin Mallet, édité par Pascale Denis)