Europe-Les banques face à un déficit de capital de 26 mds-étude

mardi 8 septembre 2015 12h21
 

8 septembre (Reuters) - Les banques européennes risquent d'accuser un déficit de fonds propres pouvant atteindre 26 milliards d'euros si les autorités de régulation parviennent à imposer des normes prudentielles uniformes d'ici la fin 2018, estiment des analystes de JPMorgan Cazenove.

L'Europe veut mettre en place un corpus réglementaire qui tire les leçons de la crise financière de 2007-2009 en évitant par exemple de solliciter à nouveau le contribuable pour sauver des banques proches de l'asphyxie.

Selon l'analyse de JPMorgan, 13 banques sur un échantillon de 35 risquent de ne pouvoir satisfaire aux seuils de capital minimums, alors même que la procédure d'harmonisation en cours est susceptible de ramener de 14% à 12,1% en 2018 le ratio CET1 (Common Equity Tier 1) moyen.

Ces règles prudentielles, mises en place progressivement jusqu'en 2019, se substitueront aux dispositions nationales qui rendaient parfois difficiles les comparaisons entre établissements.

Le déficit de fonds propres de 26 milliards d'euros seraient pour l'essentiel supporté par Raiffeisen Bank, Crédit Agricole, UniCredit, Société Générale , Banco Santander et Natixis, poursuit JPMorgan.

Crédit Agricole, SocGen et Santander s'emploieront très probablement à réduire le dividende pour revenir dans les clous prudentiels, ajoute l'intermédiaire. D'autres établissements réduiront sans doute leurs actifs pondérés du risque, ainsi que leur position d'endettement.

Seule Raiffeisen Bank, avec un déficit de capital d'un milliard d'euros, s'expose au risque de dilution, tandis que les autres banques pourront sans doute combler le déficit, disent encore les analystes de JPMorgan.

Le courtier a relevé sa recommandation de "neutre" à "surpondérer" sur Commerzbank, estimant que la banque ne peut que profiter de la réévaluation des actifs induite par le programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE).

Ses préférences vont à UBS, Deutsche Bank , Commerzbank, Lloyds Banking Group, Danske Bank et Nordea Bank. (Tenzin Pema, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)