Renzi se félicite des chiffres du chômage et de la croissance

mardi 1 septembre 2015 16h12
 

ROME, 1er septembre (Reuters) - Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, s'est félicité mardi de la baisse du chômage et de la révision à la hausse de la croissance du produit intérieur brut en juillet, y voyant les effets des réformes mises en oeuvre depuis son arrivée au pouvoir.

"L'Italie se remet à nouveau en mouvement", s'est-il félicité dans un message vidéo diffusé par ses services, estimant que le pays avait rejoint le groupe de tête des économies de la zone euro.

D'après les chiffres publiés mardi matin par l'Institut national de la statistique (Istat), le taux de chômage a diminué bien plus que prévu en juillet, s'établissant à 12%, son plus bas niveau depuis deux ans, contre 12,5% un mois plus tôt. (voir )

En juillet, l'économie italienne a créé 44.000 nouveaux emplois, soit une hausse de 0,2% par rapport au mois précédent. Seule ombre au tableau, le taux dit d'inactivité, qui recouvre les personnes sans emploi et celles qui ne sont pas à la recherche d'un travail, a progressé de 0,3 point à 35,9%.

La croissance au deuxième trimestre a par ailleurs été révisée à la hausse, à 0,3% au lieu de 0,2% initialement annoncée, grâce à la fermeté de la demande intérieure. Sur un an, la croissance du produit intérieur brut est révisée à +0,7% au lieu de +0,5%.

Après trois années de récession, le gouvernement Renzi vise une croissance de 0,7% sur l'ensemble de l'année. (voir )

"Les dernières statistiques en date sur la croissance disent une chose très simple: nous ne sommes pas encore le maillot rose (ndlr, couleur distinctive du coureur en tête du Tour cycliste d'Italie), mais nous sommes revenus dans le groupe de tête grâce aux réformes réalisées", a estimé le chef du gouvernement, au pouvoir depuis février 2014.

Au printemps, le gouvernement Renzi a mis en oeuvre une réforme du marché du travail visant notamment à assouplir les procédures de licenciement et à limiter le recours aux contrats temporaires.

LIEN

Les indicateurs italiens en temps réel (Gavin Jones; Myriam Rivet et Henri-Pierre André pour le service français)