LEAD 2-Les faucons de la Fed prennent en compte le tumulte des marchés

vendredi 28 août 2015 23h02
 

(Actualisé avec)

par Jonathan Spicer et Howard Schneider

JACKSON HOLE, Wyoming, 28 août (Reuters) - Les membres de la Réserve fédérale les plus pressés d'engager le processus de relèvement des taux d'intérêt américains ont déclaré vendredi que les turbulences sur les marchés financiers pourraient pousser la banque centrale à retarder le resserrement de sa politique monétaire au-delà du mois de septembre, malgré les preuves que la croissance américaine reste vigoureuse.

James Bullard, le président de la Fed de St. Louis, a affirmé, lors d'un entretien accordé à Reuters, qu'il restait favorable à un relèvement des taux dès la prochaine réunion de politique monétaire, mi-septembre, ajoutant simplement que la Fed hésiterait sans doute à franchir le pas si les marchés restaient volatils jusqu'à cette date.

Les mouvements erratiques des marchés et le ralentissement de l'économie chinoise ont eu pour l'instant peu d'effet sur l'économie américaine, a-t-il souligné, en marge du symposium économique de Jackson Hole (Wyoming) auquel participent de nombreux responsables de banques centrales du monde entier.

"Rien de ce qui s'est passé jusqu'ici n'a radicalement modifié les perspectives des Etats-Unis au point de changer la trajectoire de base de la politique monétaire", a-t-il dit.

"Ma préférence serait - et c'est notre stratégie - d'agir plus tôt mais d'agir progressivement. Donc allons-y et nous pourrons ajuster le rythme des hausses en fonction des données qui nous arriveront sur l'économie américaine et de l'évolution des prévisions", a ajouté James Bullard, qui a déclaré auparavant juger justifiée une hausse de taux en septembre.

"Donc l'un des avantages que nous avons est que l'orage a lieu maintenant et, pour l'instant en tout cas, nous pensons qu'il se sera calmé d'ici la tenue de la réunion du FOMC (comité de politique monétaire de la Fed)", a-t-il ajouté.

"Si les marchés sont extrêmement volatils à l'approche de la réunion, tout le monde dit la même chose -- je propose donc d'attendre que les choses se calment, de voir où elles nous mènent et, une fois constaté, de prendre une décision."   Suite...