Le MES n'écarte pas d'alléger la dette grecque, exclut la décote

jeudi 27 août 2015 12h31
 

BERLIN, 27 août (Reuters) - Un allongement des maturités des prêts, une suspension du paiement des intérêts ou un transfert de profits de la banque centrale constituent des options envisageables pour alléger la dette grecque mais une décote est exclue, a déclaré jeudi le directeur du Mécanisme européen de stabilité (MES).

Klaus Regling, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Berlin, a déclaré que la perspective d'élections anticipées en Grèce à la suite de la démission du Premier ministre Alexis Tsipras augmentait les incertitudes.

Il s'est en revanche montré confiant dans la volonté de la Grèce de mettre en oeuvre les réformes auxquelles elle s'est engagée en contrepartie de ce nouveau programme de renflouement.

"Dans l'ensemble, je suis confiant. Une forte majorité s'est exprimée en faveur de ses réformes au Parlement grec", a indiqué Klaus Regling, tout en ajoutant que la menace d'un défaut de paiement ne pouvait pas être totalement écartée si Athènes de respecte pas les conditions imposées par ses créanciers.

Le troisième plan d'aide à la Grèce, d'un montant de 86 milliards d'euros sur trois ans, est entré en vigueur la semaine dernière.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui juge le poids de la dette grecque insoutenable en l'état, a fait de son allégement une condition de son implication dans ce nouveau programme de renflouement. (Erik Kirschbaum et Paul Carrel; Myriam Rivet pour le service français, édité par Juliette Rouillon)