Les places boursières chinoises terminent en net rebond

jeudi 27 août 2015 09h14
 

SHANGHAI, 27 août (Reuters) - Les grandes places boursières chinoises ont clôturé en hausse jeudi pour la première fois en six séances, soutenues par un net rebond à Wall Street, dans l'espoir que la Réserve fédérale américaine réagisse à la volatilité sur les marchés mondiaux en retardant le relèvement de ses taux au-delà de septembre.

Mercredi, la Bourse de New York a gagné 3,95% en clôture, après six séances de baisse consécutives, à la suite de déclarations d'un responsable de la Réserve fédérale suggérant qu'un relèvement des taux dès septembre était désormais peu probable, les turbulences récentes sur les marchés ayant accru les risques pour l'économie américaine.

L'indice CSI 300 des principales valeurs chinoises a gagné 5,95% pour s'établir à 3.205,64 points et l'indice composite de Shanghai a repris 5,4% à 3.085,42 points.

A Hong Kong, l'indice Hang Seng était en hausse de 2,97% à la clôture de Shanghaï.

Les valeurs chinoises venaient de perdre plus de 20% en cinq jours, reflétant la fragilité de la confiance des investisseurs et les sérieux doutes sur la capacité de Pékin et de la Banque populaire de Chine (BPC) à stabiliser l'économie du pays.

La dévaluation inattendue du yuan il y a deux semaines a accentué les inquiétudes des investisseurs et déclenché des craintes d'une politique de dévaluation compétitive visant à soutenir les exportations chinoises.

Et l'annonce mardi par la Banque populaire de Chine (BPC) d'une baisse de ses taux et d'une réduction des taux de réserves obligatoires des banques pour la deuxième fois en deux mois, n'a pas suffi à rassurer les investisseurs.

Le contrat future sur indice CSI300 reste néanmoins à un niveau inférieur à son indice sous-jacents, ce qui laisse penser que des investisseurs s'attendent à de nouvelles pertes.

Ce n'est toutefois pas le cas de tous.

"A partir d'aujourd'hui, je ne suis plus pessimiste", dit Jiang Chao, responsable de la stratégie chez Haitong Securities, qui avait prédit la phase de hausse ayant pris fin en juin. (Shu Zhang and Matthew Miller, Simon Carraud et Juliette Rouillon pour le service français)