Mistral discuté en Malaisie, Rafale signé en Inde-presse

mardi 25 août 2015 16h36
 

PARIS, 25 août (Reuters) - Le ministre français de la Défense discutera en Malaisie de la revente d'un des deux porte-hélicoptères Mistral initialement destinés à la Russie, a-t-on déclaré mardi d'une source au fait des négociations, confirmant une information de latribune.fr.

A son retour de Malaisie, où il se rend à partir de dimanche, Jean-Yves Le Drian fera un crochet par l'Inde pour signer une commande de 36 avions de combat Rafale, ajoute aussi le site d'informations économiques.

Une source au fait des discussions déclarait vendredi dernier à Reuters que la France et l'Inde pourraient annoncer d'ici une dizaine de jours un accord sur la commande d'avions Rafale de Dassault Aviation.

L'armée de l'air malaisienne pourrait signifier au ministre sa préférence pour le Rafale dans le cadre d'un appel d'offres de 18 appareils, écrit latribune.fr, précisant que la commande ne devrait pas être annoncée immédiatement.

L'Inde est également intéressée par le Mistral, ajoute le site d'informations.

La Malaisie est, avec les Emirats arabes unis, le prospect avec lequel les discussions sont les plus avancées pour la vente de l'avion de combat, avait déclaré fin juillet une source proche du dossier, après les contrats conclus cette année avec l'Egypte et le Qatar pour un total de 48 avions.

Personne n'était immédiatement disponible pour un commentaire au ministère de la Défense, ni chez Dassault Aviation et le constructeur naval militaire DCNS, dont Thales détient 35% du capital.

François Hollande a réaffirmé mardi qu'il y avait plusieurs acheteurs potentiels pour les deux Mistral dont la France a annulé la vente à la Russie en raison du conflit ukrainien.

Une dizaine de pays, parmi lesquels l'Egypte, le Brésil, le Canada, Singapour et l'Arabie saoudite sont intéressés, avait-on déclaré début août de source proche du dossier.

DCNS a déjà vendu à la Malaisie deux sous-marins Scorpène livrés en 2009 et dont le contrat de maintenance a été prolongé fin mars jusqu'en 2017, ainsi que six corvettes Gowind. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)