BOURSE-Carrefour bondit, veut racheter Rue du Commerce

mardi 25 août 2015 11h06
 

PARIS, 25 août (Reuters) - L'action Carrefour figure mardi matin parmi les plus fortes progressions de l'indice CAC 40 au lendemain de l'annonce de l'entrée en négociations exclusives du groupe de distribution avec Altarea Cogedim pour le rachat du site de vente en ligne Rue du Commerce.

A 10h57, le titre Carrefour progresse de 4,24% à 28,145 euros quand le CAC 40 gagne 2,89% et Altarea Cogedim 3,9% à 160 euros. Par ailleurs, sur le plan graphique, Carrefour tente de fermer un "gap baissier" ouvert lundi entre 28,095 et 28,55 euros, avec un plus haut ce mardi matin à 28,52 euros.

Avec le rachat de Rue du Commerce, qui devrait être bouclé début 2016, Carrefour entend notamment enrichir son offre dans le non-alimentaire - qui représente environ 20% de ses ventes et qui reste à la peine face aux acteurs spécialisés et aux 'pure players' internet.

"Carrefour devrait renforcer significativement sa présence dans l'activité de commerce en ligne et ainsi rivaliser avec les principaux acteurs et optimiser sa position dans l'activité non alimentaire", estime dans une note Bryan Garnier.

Aux yeux de Société générale, cette opération a également du sens pour Carrefour au regard des limites actuelles du distributeur dans le commerce en ligne.

Pour le courtier, Carrefour devrait pouvoir développer cette activité et dégager des synergies entre Rue du Commerce et les hypermarchés Carrefour.

Le prix d'acquisition n'a pas été précisé mais, selon Société générale, l'opération pourrait se réaliser sur la base d'un multiple compris entre 0,2 et 0,3 fois le chiffre d'affaires, soit un montant de 60 à 95 millions d'euros.

Le site, d'abord spécialisé dans la distribution de produits technologiques, avait été racheté pour 100 millions d'euros en 2012 par la société foncière, qui souhaitait alors acquérir un savoir-faire en matière de e-commerce et de digital.

Mais faute de taille critique, Rue du Commerce, qui a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 317 millions d'euros, reste déficitaire au plan opérationnel. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)