France-Nouvelle session parlementaire périlleuse pour l'exécutif

dimanche 13 septembre 2015 11h00
 

* Le Parti socialiste toujours divisé

* Les parlementaires en colère face à des textes mal préparés

* Dernier budget de plein exercice à préparer

PARIS, 13 septembre (Reuters) - La session du Parlement qui s'ouvre lundi s'annonce périlleuse pour le gouvernement, confronté à une majorité divisée avec le risque d'être une nouvelle fois sanctionné aux élections régionales en décembre, dernier scrutin avant la présidentielle.

Députés et sénateurs sont convoqués pour une brève session extraordinaire avant l'ouverture, le 1er octobre, de la session ordinaire 2015-2016, qui sera marquée à partir de la mi-octobre par l'examen en séance du projet de loi de finances (PLF) puis du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016, les derniers de plein exercice du quinquennat.

La faiblesse de la croissance -- environ 1% du PIB prévu en 2015 et 1,5% en 2016 - risque de compromettre l'effort de redressement pour l'année à venir alors même que la gauche se déchire sur le rythme de réduction du déficit.

De plus, François Hollande a annoncé une baisse des impôts en 2016 qui doit concerner plus de huit millions de ménages pour un montant total supérieur à deux milliards d'euros.

L'aile gauche du Parti socialiste conduite par le député Christian Paul, qui reste remontée contre l'aile majoritaire, estime que cette rentrée est celle "de la dernière chance".

Les "frondeurs" demandent l'application de la résolution adoptée le 27 juillet par le bureau national du PS qui prône un virage à gauche de la politique économique du gouvernement avec notamment une réorientation d'une fraction des 19 milliards d'euros d'aides aux entreprises pour les deux années à venir.   Suite...