TV-Ernotte veut une chaîne d'info numérique en septembre 2016

lundi 24 août 2015 14h33
 

PARIS, 24 août (Reuters) - Delphine Ernotte-Cunci, nouvelle présidente de France Télévisions, a précisé lundi son projet pour une chaîne publique d'information en continu, qu'elle voudrait voir lancée dès septembre 2016 sur internet.

Elle a également justifié, dans une interview au quotidien Le Monde, l'arrivée à la direction du groupe de télévision publique de personnes extérieures à France Télévisions.

Pour se différencier des chaînes d'information actuellement en place sur la TNT gratuite, BFMTV ou i-Télé , Delphine Ernotte-Cunci plaide pour une chaîne "qui permette de comprendre, d'exposer des points de vue différents, d'éclairer et de décrypter, au delà de l'information brute et parfois brutale qu'on peut voir sur les chaînes en continu".

"La priorité, c'est de concevoir un projet de chaîne d'information, lancée en septembre 2016, et qui soit accessible sur les supports numériques", ajoute-t-elle. Une manière d'éviter que le projet dépende d'un accord de diffusion du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui a récemment refusé le passage de la chaîne LCI, du groupe TF1, sur la TNT gratuite.

Delphine Ernotte-Cunci, officiellement en poste depuis samedi, n'écarte pas complètement une possible suppression de France 4 ou France Ô pour récupérer un canal sur la TNT: "Pour la diffusion plus traditionnelle, il y a plusieurs possibilités, je les étudierai", explique-t-elle au Monde.

Le choix de Delphine Ernotte-Cunci, nommée présidente de France Télévisions alors qu'elle dirigeait Orange France et n'avait pas d'expérience en télévision, a suscité des critiques, ses détracteurs y voyant le reflet d'un marquage à gauche.

Le syndicat minoritaire de la Confédération générale des cadres (CGC), notamment, a déposé une plainte contre sa nomination. Il a dénoncé un "manque d'impartialité du CSA et l'opacité de la procédure de nomination".

Certains choix controversés dans la composition du nouvel organigramme du groupe de télévision ont alimenté ces tensions, comme l'arrivée de Stéphane Sitbon Gomez, ancien conseiller de la ministre écologiste Cécile Duflot, directeur de cabinet de la présidente.

Delphine Ernotte-Cunci a également engagé Germain Dagognet, ancien de LCI et de TF1, comme numéro deux de l'information sans avoir consulté le directeur de l'information Pascal Golomer. Un choix qu'elle justifie dans Le Monde par la nécessité de préparer son groupe à l'information en continu.

"J'ai vu pas mal de monde pour la direction de l'information, et Germain Dagognet m'a paru avoir une bonne expérience, notamment celle d'une chaîne d'information en continu, à LCI. Il sera une ressource utile pour réussir ce projet (...)", dit-elle.

Enfin, les économies à France Télévisions restent d'actualité: "La question des effectifs se posera, mais, vu les réformes engagées, un nouveau plan de départs n'est pas mon intention", assure la nouvelle présidente. (Joseph Sotinel, édité par Dominique Rodriguez)