** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 24 août 2015 08h15
 

PARIS/LONDRES, 24 août (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en net recul lundi à l'ouverture, dans le sillage des places asiatiques, entraînées dans le rouge par l'accentuation de la chute des marchés chinois.

Les Bourses asiatiques ont plongé lundi à des niveaux inédits depuis trois ans, entraînées par le nouveau plongeon de la Bourse de Shanghai, la crainte d'un fléchissement de l'économie mondiale dans le sillage du ralentissement chinois alimentant l'aversion au risque des investisseurs.

Le contrat à terme sur l'indice CAC 40 parisien accusait une baisse de 2,5% vers 06h00 GMT, celui sur le Dax à Francfort un recul de 3,3% et celui sur le FTSE à Londres une perte de 2,8%.

"Les marchés paniquent. Les choses commencent à ressembler à la crise financière asiatique de la fin des années 1990. Des spéculateurs se débarrassent des actifs qui semblent les plus vulnérables", avance Takako Masai, directeur de recherches à la Shinsei Bank de Tokyo.

Vers 05h45 GMT, l'indice CSI300 des grandes valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen plonge DE 7,25%, l'indice composite de la Bourse de Shanghai chute de 6,7% et l'indice régional MSCI des actions des marchés d'Asie-Pacifique hors Japon recule de 4,8%, au plus bas depuis quatre ans.

La Bourse de Tokyo a clôturé en baisse de 4,6%.

La peur d'une contagion à l'échelle mondiale du ralentissement de la deuxième puissance économique de la planète avait déjà fait vivre vendredi à Wall Street sa pire séance depuis près de quatre ans, les trois indices de référence perdant plus de 3%.

Les turbulences sur les marchés actions favorisent les valeurs refuge comme les obligations d'Etat et les rendements des obligations du Trésor américain ont touché un plus bas de quatre mois, sous le seuil de 2%.

Cela pèse sur le dollar, qui cède du terrain face à un panier de devises de référence. Le billet vert pâtit également d'une baisse des anticipations d'un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale dès septembre en raison des inquiétudes sur la croissance mondiale.   Suite...