Pologne-Doutes sur la sélection d'Airbus pour des hélicoptères

vendredi 21 août 2015 16h00
 

VARSOVIE, 21 août (Reuters) - La candidate du principal parti d'opposition polonais, qui pourrait devenir Premier ministre à l'automne, a déclaré vendredi que la présélection d'Airbus Helicopters pour un contrat d'hélicoptères lourds militaires soulevait "des doutes et des interrogations".

Le Parti de la loi et de la justice (conservateur) est favori dans les sondages pour les élections législatives d'octobre et sa vice-présidente Beata Szydlo est destinée à devenir chef du gouvernement en cas de victoire.

Le ministère polonais de la Défense avait choisi en avril de négocier avec la filiale d'Airbus Group pour ce contrat de 50 hélicoptères H225M (nouveau nom des EC-725) de type Caracal, évalué à trois milliards de dollars (2,6 milliards d'euros), au détriment de l'américain Sikorsky et de l'italien AugustaWestland.

"Il y avait trois offres, dont deux étaient excellentes (avec des machines) produites en Pologne. Et une troisième. Pour l'instant, il n'y a pas de décisions finales, attendons donc de voir. Cet appel d'offres soulève beaucoup de doutes et des questions se posent", a déclaré Beata Szydlo lors d'un point de presse.

"Laissons au gouvernement actuel la responsabilité de l'appel d'offres", a-t-elle ajouté, en réponse à une question sur une éventuelle remise en cause de l'appel d'offres par son gouvernement.

Elle s'exprimait dans une usine d'hélicoptères d'AugustaWestland à Swidnik, dans l'est de la Pologne.

Le ministère polonais de la Défense a déclaré vendredi qu'il n'y avait pas de date butoir pour la signature du contrat.

Beate Szydlo n'a pas précisé quels étaient ses doutes concernant la présélection d'Airbus, mais elle a souligné que l'armée devait acheter des équipements fabriqués dans des usines polonaises.

Sikorsky possède une usine qui produit des avions et des hélicoptères à Mielec, dans le sud de la Pologne.   Suite...