Le Mexique abaisse sa prévision de croissance 2015

jeudi 20 août 2015 21h44
 

MEXICO, 20 août (Reuters) - Le gouvernement mexicain a revu en baisse jeudi sa prévision de croissance pour cette année, prenant en compte la baisse de la production pétrolière et la faiblesse de la demande en provenance des Etats-Unis, même si l'économie du pays a bénéficié au deuxième trimestre de la santé du secteur des services.

Le ministère des Finances ne prévoit plus qu'une hausse de 2,0% à 2,8% du produit intérieur brut (PIB) contre 2,2% à 3,2% auparavant, après la stagnation de la production industrielle au deuxième trimestre.

La croissance du PIB a été de 0,5% sur avril-juin par rapport aux trois premiers mois de l'année, un chiffre légèrement supérieur aux attentes, après 0,4% au premier trimestre, a annoncé l'institut national de la statistique.

La croissance des services a atteint 0,9% contre 0,7% sur le trimestre précédent, son expansion la plus marquée depuis le deuxième trimestre de l'an dernier. Mais la stabilité de la production industrielle, qui inclut la production pétrolière, traduit à la fois la fragilité des exportations vers les Etats-Unis, premier partenaire commercial du Mexique, et le déclin de la production pétrolière.

Pour Alexis Milo, économiste de Deutsche Bank, la production industrielle "reste le principal facteur de préoccupation pour la croissance".

Cette dégradation de la conjoncture pourrait compliquer la tâche de la Banco de Mexico, la banque centrale: jusqu'à présent, celle-ci semblait devoir relever ses taux d'ici la fin de l'année dans le sillage de la Réserve fédérale américaine, pour enrayer la dépréciation marquée du peso.

Marco Oviedo, analyste de Barclays Capital à Mexico, explique dans une note qu'il s'attend désormais à ce que la Banco de Mexico attende décembre pour relever ses taux en raison de la faiblesse de la croissance.

En rythme annuel, le PIB mexicain a crû de 2,2% au deuxième trimestre, contre 2,6% sur janvier-mars.

La Banco de Mexico a déjà abaissé au début du mois sa prévision de croissance 2015 entre 1,7% et 2,5%.

(Michael O'Boyle; Marc Angrand pour le service français)