LEAD 2-La perspective d'un vote de confiance se précise en Grèce

lundi 17 août 2015 12h49
 

(Actualisé avec ministre de la Santé)

par George Georgiopoulos et David Stamp

ATHENES, 17 août (Reuters) - La perspective d'un vote de confiance s'est précisée lundi en Grèce, où deux membres du gouvernement d'Alexis Tsipras ont jugé cette initiative nécessaire après la fronde d'une partie des députés de Syriza hostiles au nouveau plan de renflouement négocié avec les Européens.

"Je considère qu'une telle initiative va de soi après la profonde fracture du groupe parlementaire de Syriza (...) C'est aussi une question de responsabilité démocratique", a déclaré le ministre de l'Energie, Panos Skourletis, sur l'antenne de la chaîne Skai.

"Si des élections ont lieu prochainement - dans trois à quatre semaines si cette option est choisie -, un congrès du parti ne peut évidemment pas être fructueux", a poursuivi Panos Skourletis.

Le Premier ministre a dû s'appuyer sur l'opposition pour faire approuver vendredi par la Vouli ce troisième plan d'aide international d'un montant global de 86 milliards d'euros assorti de nouvelles mesures d'austérité.

A l'inverse, 43 députés Syriza ont choisi de voter contre ou de s'abstenir, soit quasiment le tiers du groupe parlementaire du parti de la gauche radicale (149 élus).

Cette fronde a conduit Tsipras à envisager de solliciter la confiance du Parlement, ce qui ouvrirait la voie à des élections anticipées en cas d'échec. Il a en outre annoncé la tenue d'un congrès de Syriza à l'automne.

En l'état des rapports de forces au Parlement, si les 43 frondeurs campent sur leur refus et si les partis de l'opposition, ainsi qu'ils l'ont annoncé, ne votent pas la confiance, Tsipras ne réunira pas les 120 voix nécessaires à la survie de son gouvernement et la Grèce ira vers de nouvelles législatives.   Suite...