Grèce-Les créanciers préoccupés par la viabilité de la dette

jeudi 13 août 2015 14h09
 

13 août (Reuters) - Les institutions créancières de la Grèce, qui viennent de conclure un projet de troisième plan d'aide au pays, nourrissent de "sérieuses inquiétudes" au sujet de l'endettement d'Athènes mais estiment qu'une décote peut être évitée.

Selon une nouvelle analyse de la viabilité de la dette de la Grèce, un document que Reuters a pu consulter jeudi, "le niveau élevé de la dette par rapport au produit intérieur brut (PIB) et les besoins bruts de financement calculés par cette analyse laissent entrevoir de sérieuses inquiétudes concernant la viabilité de la dette publique de la Grèce".

"Au final, une combinaison appropriée d'allongement des maturités et de périodes de grâce pour le principal et les intérêts de la dette permettrait à la Grèce de ramener son endettement à un niveau viable en termes de besoins bruts de financement sans passer par une décote nominale, comme cela a été dit lors de sommet de la zone euro du 12 juillet", lit-on encore dans le rapport.

Le document voit les recettes des privatisations, hors secteur bancaire, s'élever à 13,9 milliards d'ici 2022.

Les institutions anticipent pour la Grèce une contraction de 2,3% du PIB en 2015 et de 1,3% en 2016 avant une croissance de 2,7% en 2017.

Des statistiques publiées jeudi ont montré que la Grèce avait, contre toute attente, renoué avec la croissance au deuxième trimestre, malgré des négociations très tendues avec ses créanciers et la menace d'une sortie de la zone euro.

Le Parlement grec devrait, sans difficulté, valider dans la journée l'accord ouvrant la voie à son troisième plan de renflouement, indispensable à la Grèce pour éviter un défaut de paiement la semaine prochaine. (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)