BOURSE-Crédit agricole chute, la réforme de la gouvernance bloquée

mardi 4 août 2015 09h45
 

PARIS, 4 août (Reuters) - L'action Crédit agricole chute lourdement mardi matin à la Bourse de Paris, entraînant dans son sillage les autres valeurs bancaires, à la suite de la publication trimestrielle de la 'banque verte' marquée par une augmentation du coût du risque et le blocage d'une réforme de la gouvernance.

A 09h32, le titre cède 7,78% à 13,285 euros, plus forte baisse de l'indice CAC 40 (-0,85%), dans des volumes représentant 1,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Si elle clôture à ce niveau, la valeur accusera sa plus forte baisse en une séance depuis août 2012.

Crédit agricole S.A. a dévoilé mardi une réorganisation autour de sept grands pôles, un "choc de simplification" voulu pour s'adapter aux évolutions programmées du secteur bancaire. Mais le projet de réorganisation "ROC", comme réorganisation de l'organe central, qui prévoyait notamment de modifier les équilibres de pouvoir du groupe vers une structure de tête contrôlée par les caisses régionales du Crédit agricole, attendra, s'il doit voir le jour.

"Des projets ont bien été étudiés. Cependant, le groupe Crédit agricole annonce que les projets relatifs à un changement de gouvernance n'ont pas pu être validés par la BCE en raison de contraintes réglementaires qui ne peuvent pas être levées", commente de son côté Oddo Securities dans une note.

En outre, le coût du risque a augmenté de 12,4% et tient compte d'un complément de provision pour litiges de 350 millions d'euros, qui porte à 1,6 milliard le montant mis de côté pour faire face à de possibles contentieux, notamment aux Etats-Unis.

Entre avril et juin, le résultat net part du groupe de CASA totalise 920 millions d'euros, près de 12 fois plus qu'un an plus tôt. Les comptes du deuxième trimestre 2014 avaient été plombés par une charge liée aux difficultés du partenaire portugais Banco Espirito Santo. En excluant cette charge et d'autres éléments, le bénéfice net avait atteint 1,06 milliard.

"La performance opérationnelle de CASA au deuxième trimestre est solide et de bonne qualité. Cependant, la stabilité du ratio CET1 (par rapport à fin mars 2015, NDLR) constitue un élément négatif, notamment par rapport aux autres banques françaises", juge Natixis.

Dans le sillage de Crédit agricole, Société générale perd 1,42%, Natixis 1,32% et BNP Paribas 0,81% pendant que l'indice Stoxx du secteur bancaire européen lâche 0,98%.

BNP Paribas avait rassuré le marché la semaine dernière sur sa capacité à atteindre les objectifs de son plan stratégique à l'horizon de 2016, tandis que Natixis avait fait état de résultats trimestriels en hausse et d'une amélioration de son ratio de solvabilité. et (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)