LEAD 1-GB -Hayes condamné à 14 ans de prison dans le scandale Libor

lundi 3 août 2015 17h04
 

(Avec prononcé de la peine)

LONDRES, 3 août (Reuters) - Tom Hayes, ex-trader vedette d'UBS et de Citigroup, a été condamné à 14 ans de prison pour manipulations présumées du marché des taux d'intérêt Libor, lundi à Londres, au terme du premier procès d'un prévenu dans le cadre de cette affaire qui défraye la chronique financière depuis des années.

L'ancien trader en produits dérivés sur le yen, qui est âgé de 35 ans, a été reconnu coupable de l'ensemble des huit chefs d'accusation de tentative d'escroquerie portés à son encontre, après neuf semaines de procès et sept jours de délibérations.

Il était accusé d'avoir manipulé les taux Libor (London Interbank offered rate), référence de contrats financiers portant sur des montants estimés à 450.000 milliards de dollars, sur une période allant de 2006 à 2010.

Son procès, le premier d'une personne physique dans cette affaire, avait débuté le 26 mai dernier. Il marque une nouvelle étape dans ce scandale qui a éclaté il y a sept ans, donné lieu à l'inculpation de 21 personnes et obligé certaines des banques et firmes de courtage les plus puissantes au monde à verser quelque 9 milliards de dollars d'amendes.

Le Serious Fraud Office (SFO) britannique accusait Tom Hayes d'avoir été au coeur d'une conspiration avec les traders et courtiers d'une dizaines d'institutions financières, et de les avoir persuadés, parfois à l'aide de pots-de-vin, de l'aider à manipuler les taux d'intérêt pour en tirer des bénéfices.

Les taux Libor sont des moyennes des taux pratiqués par différentes banques pour des échéances données, calculées sur la base des déclarations sur l'honneur faites par un panel de grandes banques.

L'accusation a relevé que Tom Hayes avait ignoré les signaux d'alerte alors qu'une enquête lancée au niveau international dès 2008, au plus fort de la crise financière, s'était accélérée dans les années 2009 et 2010.

Durant son procès, l'ex-trader, qui plaidait non coupable, a déclaré qu'il n'avait jamais caché ses pratiques et que ses responsables hiérarchiques étaient au courant.

Dans un communiqué, la banque UBS, l'un des anciens employeurs du prévenu, a indiqué qu'elle n'avait pas à "commenter une affaire entre le SFO et M. Hayes". Citigroup n'a pas souhaité non plus faire de commentaire. (Kirstin Ridley; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)