LEAD 3-Grèce-La Bourse et les banques vivement attaquées

lundi 3 août 2015 18h10
 

(Actualisé avec la confirmation des variations, citations, détails)

par George Georgiopoulos et Angeliki Koutantou

ATHENES, 3 août (Reuters) - La Bourse d'Athènes affichait une perte de 16,23% lundi, au terme de sa première séance faisant suite à cinq semaines de fermeture forcée, fermeture qui était la conséquence des craintes de voir la Grèce faire défaut sur sa dette et sortir de la zone euro.

Le principal indice du marché local avait perdu près de 23% tout de suite après l'ouverture, avant de réduire progressivement sa perte. Il a réalisé sa plus mauvaise performance journalière depuis au moins 1985, année où a commencé la compilation moderne des données. Au contraire, l'indice européen FTSEurofirst 300 a gagné 0,64%.

"Comme prévu, le marché a sombré", a dit Takis Zamanis, de Beta Securities. "Des acheteurs sont apparus pour les valeurs non bancaires, des poids lourds tels qu'OTE Telecom et (le groupe de paris) OPAP, ce qui montre qu'il existe malgré tout un intérêt acheteur", a toutefois ajouté Takis Zamanis.

OTE, qui a représenté 30% environ du volume du jour, n'en a pas moins chuté de 11,5%.

L'indice du secteur bancaire a chuté de 30%, soit la limite maximale de volatilité quotidienne. Dans ce segment, qui représente environ 20% de l'indice général, les cinq grandes banques ont été réservées à la baisse durant la plus grande partie de la séance, sans trouver le moindre acheteur.

"Il semble que les banques risquent encore de rétrograder mardi avant que des rachats se manifestent", a déclaré un gérant. "Il faudra quelques jours au marché pour se rééquilibrer".

Neuf valeurs seulement sont dans le vert, surtout des petites capitalisations, dont les variations ont été amplifiées par de très faibles volumes d'échange. Ainsi, le fabricant de meubles Dromeas a gagné près de 29% après avoir décroché un contrat de 30 millions d'euros pour meubler les locaux de la Commission européenne.   Suite...