BOURSE-Airbus en tête du CAC 40, rassure sur ses programmes civils

vendredi 31 juillet 2015 10h16
 

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Airbus Group domine le palmarès de l'indice CAC 40 vendredi matin, le marché saluant l'absence de mauvaises surprises dans ses résultats trimestriels sur les programmes A350 et A380 et la disparition des inquiétudes sur la production d'A330 à la suite des nouvelles commandes.

Le titre s'adjuge 3,51% à 64,58 euros à 10h10, après un pic à 65,57 euros, portant sa hausse depuis le début de l'année à plus de 56%, après des résultats trimestriels meilleurs que prévu et des prévisions 2015 confirmées.

Même la nouvelle charge de 290 millions d'euros liée aux nouvelles difficultés de l'avion de transport militaire A400M, après le crash d'un appareil en mai, ne décourage pas les investisseurs, puisqu'elle se situe dans l'évaluation de 200-300 millions d'euros qui était anticipée, souligne Barclays dans une note.

Les analystes sont également satisfaits de l'annonce prévue d'ici la fin de l'année d'une nouvelle augmentation des cadences de l'A320, ainsi que de la confirmation des premières livraisons de la version remotorisée A320neo en 2015 après la reprise lundi des essais en vol des avions équipés de moteurs Pratt & Whitney.

"Tant que la montée en cadence des nouveaux programmes et le dollar continuent à soutenir Airbus Group, nous prévoyons d'excellentes perspectives pour 2017, en l'absence de gros retards ou problèmes sur ces programmes", estime de son côté DZ Bank, rappelant que les investisseurs s'attendent toujours à des performances moins flamboyantes pour 2016.

Selon un trader, le solde positif free cash flow dégagé au deuxième trimestre (+111 millions d'euros contre -210 millions un an plus tôt) est très inhabituel pour cette période de l'année et tient à l'exécution des programmes.

La forte augmentation du bénéfice opérationnel à 964 millions d'euros de l'avionneur Airbus au deuxième trimestre contre une progression à 800 millions attendue plaît aussi aux investisseurs, ajoute ce trader, la mettant sur le compte de la hausse des volumes, de la baisse des dépenses de R&D et de la maîtrise des coûts.

La présentation :

bit.ly/1tPqNKp (Cyril Altmeyer et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)