AccorHotels confiant en Chine et ambitieux en Iran

jeudi 30 juillet 2015 12h11
 

PARIS, 30 juillet (Reuters) - Le ralentissement économique en Chine n'inquiète pas AccorHotels, qui nourrit par ailleurs de grandes ambitions en Iran dans la perspective d'une normalisation des relations économiques avec le pays après l'accord sur son programme nucléaire conclu mi-juillet.

Le groupe hôtelier souhaite s'affranchir de sa dépendance envers la France et l'Europe en s'ouvrant davantage aux pays émergents. Il a signé l'an dernier un accord stratégique avec le chinois Lodging Group, qui deviendra son principal franchisé pour ses hôtels économiques et milieu de gamme en Chine avec 350 à 400 ouvertures d'hôtels prévues au cours des cinq années à venir.

"En Chine, le segment économique n'a pas ralenti", a déclaré jeudi le PDG d'AccorHotels lors d'une conférence téléphonique.

Il a ajouté que le développement des marques y était "plutôt bon" et que "rien ne remet en cause ce qui a été décidé l'an dernier".

Interrogé sur les perspectives du groupe en Iran, il a déclaré qu'AccorHotels nourrissait "de vraies ambitions" dans le pays et que des salariés du groupe allaient y partir pour développer l'activité.

AccorHotels gère aujourd'hui deux hôtels à l'aéroport de Téhéran en "marque blanche" et discute avec les autorités iraniennes pour pouvoir y afficher ses enseignes "Ibis" et "Novotel".

Bien que présent dans 94 pays dans le monde, Accor reste très exposé à l'Europe, où il réalise encore 75% de ses résultats, et à la France, qui pèse pour environ 35% de son chiffre d'affaires.

Le groupe a publié jeudi des résultats semestriels en hausse, tout en se disant prudent sur ses perspectives en France, où l'activité reste mitigée, et au Brésil, frappé par la crise économique. (Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)