GSK confronté à des accusations de corruption en Roumanie

jeudi 30 juillet 2015 00h17
 

LONDRES, 30 juillet (Reuters) - Le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline, qui a écopé l'an dernier d'une amende record de trois milliards de yuans (380 millions d'euros) en Chine pour corruption active, est cette fois confronté à des accusations similaires en Roumanie.

Le laboratoire a confirmé qu'il examinait les dernières allégations en date de paiements irréguliers, envoyées lundi par un lanceur d'alerte à la direction du groupe par courrier électronique. Reuters a pu consulter une copie de courrier.

GSK passe déjà en revue des cas de corruption présumée en Pologne, aux Emirats Arabes Unis, au Liban, en Jordanie, en Syrie et en Irak.

En Roumanie, GSK aurait versé des centaines, et dans un cas des millieurs, d'euros à des médecins entre 2009 et 2012 pour qu'ils prescrivent les médicamens du groupe, dont les traitements de la prostate Avodart et Duodart et le médicament contre la maladie de Parkinson Requip. (Ben Hirschler, Benoît Van Overstraeten pour le service français)