LEAD 1-Le Premier ministre grec n'exclut pas des élections anticipées

mercredi 29 juillet 2015 14h50
 

(Précisions, contexte)

par Renee Maltezou et Angeliki Koutantou

ATHENES, 29 juillet (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, face aux frondeurs de son parti, a déclaré mercredi qu'il pourrait être contraint d'organiser des élections législatives anticipées s'il ne disposait plus de la majorité nécessaire au Parlement.

Il a également indiqué que son gouvernement ne mettrait pas en oeuvre des réformes au-delà de ce qui a été décidé lors de l'accord conclu à la mi-juillet à Bruxelles avec les créanciers de la Grèce.

"Je serais la dernière personne à vouloir des élections si j'avais une majorité parlementaire assurée pour aller jusqu'au bout de mon mandat de quatre ans", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une interview à une radio grecque.

Il a précisé qu'un congrès exceptionnel de son parti de la gauche radicale, Syriza, pourrait avoir lieu début septembre.

"Je connais bien le cadre de l'accord que nous avons signé au sommet de l'euro", a déclaré Alexis Tsipras à la radio Sto Kokkino. "Nous mettrons en oeuvre ces engagements, sans tenir compte du fait que nous soyons d'accord avec ou pas. Rien au-delà."

Alexis Tsipras devra affronter jeudi les frondeurs de son parti lors d'un comité central de Syriza qui s'annonce houleux.

Dans le même temps, il subit les pressions des créanciers de son pays qui le pressent d'agir vite sur les réformes, après les deux premiers trains de mesures approuvés ce mois-ci par la Vouli, le Parlement monocaméral grec.   Suite...