BOURSE-LVMH-Le marché salue le "pricing power" de Louis Vuitton

mercredi 29 juillet 2015 13h31
 

PARIS, 29 juillet (Reuters) - LVMH signe une des plus fortes hausses du CAC 40 mercredi après des résultats semestriels témoignant de la forte attractivité de Louis Vuitton, la marque phare du groupe dont les ventes ont bondi au deuxième trimestre.

Le maroquinier, principal centre de profits du numéro un mondial du luxe, a vu sa croissance organique grimper de 10% après une hausse de seulement 1% au premier, dopée par l'explosion des flux touristiques en Europe et au Japon (où l'effet de base était très favorable) liée à la baisse de l'euro et du yen.

Cette forte accélération, nettement supérieure aux attentes, s'est aussi accompagnée, contre toute attente, d'une légère progression de la rentabilité de la marque à taux de change constants, malgré ses plus de 7,0 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

"Ces chiffres confirment le succès du repositionnement de Vuitton et la perspective d'un retour à une croissance à deux chiffres des résultats, après deux années mitigées", souligne Thomas Chauvet, analyste de Citi.

En outre, contrairement à Gucci (groupe Kering ) qui a redressé la barre grâce à d'importants rabais sur les collections de son ancienne directrice artistique, Louis Vuitton ne pratique jamais aucuns soldes.

Pour Mélanie Flouquet, analyste de JP Morgan, Vuitton se révèle extrêmement solide grâce à un repositionnement équilibré et nourri par une forte innovation dans tous les segments de prix et dans tous les styles (logos et non logos).

Louis Vuitton, qui a relevé ses prix de 5% en Europe au deuxième trimestre, devrait bénéficier au troisième d'une nouvelle hausse de 10% intervenue en juillet, selon les analystes de HSBC.

Alors que Chanel et Richemont ont abaissé leurs tarifs en Chine pour enrayer le marché gris, les dirigeants de LVMH ont dit n'avoir pas l'intention de toucher à ceux de Vuitton.

Pour lutter contre le marché parallèle nourri par des écarts de prix pouvant atteindre 60% entre l'Europe et la Chine, le malletier veille cependant à ce que cet écart soit plus limité sur ses nouveaux produits.

La valeur, qui avait déjà gagné 3% la veille dans la foulée du redressement inattendu de Gucci, gagne encore 2,4% à 169,80 euros à 13h30, dans un marché en hausse de 0,3%, signant une hausse de 28,4% depuis le début de l'année.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)