Wall Street tente un rebond après cinq séances de baisse

mardi 28 juillet 2015 15h44
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 28 juillet (Reuters) - Wall Street tente un rebond à l'ouverture mardi, sous l'impulsion de résultats de sociétés meilleurs que prévu, après avoir enchaîné la veille une cinquième séance consécutive de baisse avec le nouveau coup de bambou des places chinoises qui pâtissent du ralentissement économique de la deuxième économie mondiale.

Quelques minutes après l'ouverture, le Dow Jones gagne 0,3% à 17.500,32, le Standard & Poor's 500 prend 0,46% à 2.077,18 et le Nasdaq Composite avance de 0,38% à 5.059,06.

United Parcel Service gagne 3,7% après l'annonce d'un bénéfice net en hausse de près de 10% et meilleur que prévu et Pfizer prend aussi 1% après avoir dépassé les attentes.

Le régulateur financier chinois a fait savoir lundi soir que les autorités étaient prêtes à acheter des actions pour stabiliser les cours, qui venaient de subir leur chute la plus lourde depuis 2007.

La commission des opérations de Bourse chinois a dit ce mardi qu'elle enquêtait sur du "dumping" de titres observé la veille. Les places chinoises ont à nouveau terminé en baisse ce mardi, mais avec des pertes plus modérées.

La séance sera sinon marquée par le début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale qui se terminera mercredi et dont les investisseurs attendent surtout de nouveaux indices sur le calendrier de la remontée des taux directeurs, septembre et décembre étant les échéances les plus évoquées.

"Je n'attends rien de neuf à l'issue de la réunion de la Fed et il semble bien que septembre soit le plus probable pour une remontée des taux", dit Mark Luschini (Janney Montgomery).

Côté indicateurs, les prix des maisons individuelles ont augmenté moins fortement que prévu en mai, au même rythme qu'en avril, selon l'indice S&P/Case Shiller.

Wall Street attend à présent l'indice PMI Markit des services de juillet en version flash. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)