Le prochain patron du FMI ne devrait pas être européen-DG adjoint

dimanche 26 juillet 2015 15h15
 

ATHÈNES, 26 juillet (Reuters) - Le prochain directeur général du Fonds monétaire international (FMI) devrait venir d'un pays non européen lorsque la directrice générale actuelle Christine Lagarde quittera son poste, a déclaré samedi le directeur général adjoint du Fonds.

David Lipton a déclaré à BBC World Service que la tradition selon laquelle un Européen prend la tête du FMI, tandis qu'un Américain dirige la Banque mondiale, est contestée et que la prochaine nomination se ferait "strictement au mérite".

Qualifiée dans la même émission d'"incroyable anachronisme" par l'ancien chef économiste du FMI Kenneth Rogoff, la contestation de la tradition qui veut que des Européens dirigent le Fonds est montée d'un cran pendant la crise de la zone euro.

David Lipton a affirmé qu'au départ de Christine Lagarde, son successeur viendrait probablement d'un pays non européen.

"Avec des candidats venant du monde entier, je crois que c'est beaucoup plus probable au prochain tour que cela ne l'a jamais été", a-t-il dit.

"Il y a de plus en plus de personnes parfaitement qualifiées venant d'ailleurs que d'Europe et des Etats-Unis et je crois que le fait qu'il y ait eu une telle focalisation sur la crise aux Etats-Unis au début de la crise financière mondiale et sur l'Europe va déboucher sur le sentiment qu'il doit y avoir un éventail de choix plus large pour la fonction de directeur."

Christine Lagarde a pris la tête du FMI en 2011 après la démission de Dominique Strauss-Kahn suite à l'affaire du Sofitel de New York dans laquelle il a bénéficié d'un non-lieu au pénal.

Son mandat de cinq ans arrive à son terme à la fin de l'an prochain mais elle fait savoir en juin qu'elle pourrait envisager un deuxième mandat si elle a le soutien des membres du FMI. Bien qu'il n'y ait aucune obligation à ce que le patron du FMI vienne d'Europe, la tradition a voulu que ce soit le cas depuis la création du FMI après la Deuxième Guerre mondiale, alors que la Banque mondiale est dirigée par un Américain. (James Mackenzie, Juliette Rouillon pour le service français)