Des fonds étrangers commencent à investir en Iran

lundi 20 juillet 2015 12h20
 

* Quelques fonds veulent investir directement dans le pays

* D'autres attendent que les sanctions soient levées

* Ils sont nombreux à viser des sociétés déjà présentes en Iran

par Karin Strohecker, Daniel Bases et David Randall

LONDRES/NEW YORK, 20 juillet (Reuters) - Quelques investisseurs se sont déjà engagés dans la course à la création de fonds dédiés à l'Iran à la suite de l'accord historique conclu la semaine dernière sur le programme nucléaire du pays, et ils sont nombreux à miser sur les multinationales déjà présentes dans cette économie de 400 milliards de dollars.

L'accord a incité certains d'entre eux à investir d'ores et déjà dans la Bourse de Téhéran, dont la capitalisation atteint 100 milliards de dollars (92,3 milliards d'euros), avant même que les sanctions soient levées, tandis que d'autres sont plus prudents.

Classé parmi les pays à revenu moyen-supérieur, avec une population de 78 millions d'habitants et une production annuelle supérieure à celles de la Thaïlande ou des Emirats Arabes Unis, l'Iran sera la plus importante économie à intégrer le marché mondial et le système financier international depuis l'éclatement de l'Union soviétique il y a plus de 20 ans.

L'intermédiaire Renaissance Capital anticipe un afflux d'un milliard de dollars vers l'Iran au cours de la première année après la fin des sanctions, même si le démarrage pourrait prendre plusieurs mois.

First Frontier Capital, une société d'investissement basée à Londres, crée en ce moment un fonds dédié à l'Iran qui, espère-t-elle, permettra aux investisseurs de prendre des positions sur la Bourse de Téhéran avant même que les sanctions ne soient levées.   Suite...