France-Le projet de Center Parcs de Roybon arrêté par la justice

jeudi 16 juillet 2015 14h39
 

LYON, 16 juillet (Reuters) - Le tribunal administratif de Grenoble a annulé jeudi un arrêté préfectoral autorisant les travaux du Center Parcs de Roybon dans la forêt de Chambaran (Isère), à la grande satisfaction des écologistes locaux.

Les travaux de défrichement entamés sur le site de la future implantation, soutenue par des élus locaux au nom de l'emploi, sont donc considérés comme illégaux et arrêtés.

Dans un communiqué, le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs annonce sa décision de faire appel, et se dit "convaincu du bien-fondé économique et environnemental du projet sur lequel il est engagé depuis 7 ans".

Le tribunal administratif a suivi les conclusions du rapporteur public et jugé insuffisantes les compensations proposées en faveur de l'environnement.

Il évoque "la dispersion et le morcellement des sites de compensation", "la distance séparant le projet de la forêt de Chambaran" et "la remise en état de zones humides envisagées pour compenser l'impact du projet" qui ne peuvent, selon elles, "être regardées comme constituant globalement des mesures équivalentes sur le plan fonctionnel et de la biodiversité".

Les opposants à ce projet avaient attaqué deux arrêtés préfectoraux autorisant, à titre exceptionnel, la destruction de zones humides.

Les élus écologistes locaux se félicitent de la décision et appellent "à réorienter l'utilisation de l'argent public sur des critères sociaux et environnementaux fermes et clairs, permettant un développement économique du Chambaran qui respecte ses habitants, la qualité de leurs emplois et leur cadre de vie, l'environnement et les ressources naturelles locales", a déclaré Jean-Charles Kohlhaas, leur chef de file.

Ils dénoncent "le modèle financier défendu par Pierre et Vacances à bout de souffle". (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)