SYNTHESE-Tsipras peine à convaincre le parlement grec de voter l'austérité

mercredi 15 juillet 2015 17h37
 

* Tsipras a dit lui-même ne pas croire à l'accord qu'il a signé

* L'aile gauche de Syriza appelle à refuser le "chantage"

* Le vote des députés ne devrait pas intervenir avant minuit

* Le FMI préconise un allègement beaucoup plus fort de la dette

* Berlin entrouvre la porte à un allongement de la maturité

par Costas Pitas et Lefteris Karagiannopoulos

ATHENES, 15 juillet (Reuters) - Le Premier ministre grec peinait mercredi à convaincre les députés d'approuver l'accord conclu lundi avec les créanciers d'Athènes alors que la fronde grondait au sein de son propre parti avant le vote prévu en fin de soirée.

Alexis Tsipras a lui-même reconnu mardi soir à la télévision qu'il ne "croyait pas" à l'efficacité des nouvelles mesures d'austérité qu'il a été contraint d'accepter sous la pression des créanciers, tout en assurant que leur mise en oeuvre était désormais le seul moyen d'éviter un "Grexit" aux conséquences catastrophiques pour l'économie.

Lors du débat consacré aux réformes mercredi au parlement, son ministre des Finances, Euclid Tsakalotos, a repris ce plaidoyer à son compte.   Suite...