France-Les fonds pénalisés par la crise grecque au 2e trimestre

mercredi 15 juillet 2015 15h32
 

* Recul de 2,1% des fonds commercialisés en France au T2
    * Les gestions obligataires baissent de 2,7%
    * Décollecte de $7,8 mds des fonds en obligations
européennes

    par Alexandre Boksenbaum-Granier
    PARIS, 15 juillet (Reuters) - Les gestions commercialisées
en France ont été pénalisées au deuxième trimestre par la crise
grecque et la violente remontée des taux initiée en avril, après
avoir profité du lancement du programme d'assouplissement
quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) entre janvier
et mars.
    L'ensemble des fonds vendus en France a reculé de 2,1% au
deuxième trimestre après avoir progressé de 10% lors des trois
premiers mois de l'année, selon les données compilées par
Lipper, filiale de Thomson Reuters.
    Les gestions obligataires ont reculé de 2,66% et les fonds
investis en actions de 2,19% au deuxième trimestre, contre des
gains respectifs de 6,4% et 14,8% sur janvier-mars.
    Dans le détail, le compartiment des gestions spécialisées
dans les titres de dette souveraine de la zone euro a le plus
souffert avec une baisse de 4,57% au deuxième trimestre, contre
+3,37% sur les trois mois précédents.
    "L'écartement des spreads bund allemand - taux périphériques
s'est poursuivi en juin avec l'enchaînement en vain des
négociations entre les créanciers et le gouvernement grec",
constate Arnaud Scarpaci, associé-gérant chez Montaigne Capital.
    Les craintes d'un défaut de paiement de la Grèce associées à
la perspective d'une sortie du pays de la zone euro ont nourri
la hausse du taux à 10 ans de l'emprunt d'Etat allemand
, qui a dépassé 1% le mois dernier (1,059% le 10
juin), après son rebond entre mi-avril et début mai, où le Bund
est passé de 0,049% à 0,796%.
    
    BULLE CHINOISE
    Les actions ont également été touchées, sans céder cependant
à la panique, avec une baisse limitée à 2,6% pour l'indice SBF
120 dividendes réinvestis entre avril et juin (+18% au
premier trimestre), et a même depuis repris des couleurs (+5,1%
depuis le début du mois de juillet) suite à l'accord conclu
entre Athènes et ses partenaires européens. 
    "Le Bund allemand, le billet vert, les valeurs immobilières
et de consommation américaines et l'or sont devenus les valeurs
refuge à l'aube d'un été qui s'annonce mouvementé également en
Chine avec le dégonflement d'une bulle après une hausse de plus
de 30% depuis le début de l'année", prévient toutefois Arnaud
Scarpaci.
    Les Bourses chinoises ont violemment chuté entre mi-juin et
début juillet, après avoir plus que doublé en un an, sur fond de
doutes concernant la mise en oeuvre de nouvelles mesures de
stimulation de l'économie alors que les autorités chinoises ont
évoqué une possible "manipulation illégale" des marchés.
 et 
    Mais si les gérants se montrent plus prudents, ils n'ont pas
pour autant modifié en profondeur leurs allocations d'actifs.
    La baisse des marchés financiers a d'ailleurs été davantage
perçue comme une opportunité d'investissement, en particulier
sur les actions de la zone euro. 
    "Notre scénario central milite pour une poursuite des
révisions à la hausse des chiffres dans la zone euro, qu'ils
soient macroéconomiques ou microéconomiques", souligne dans son
dernier bulletin mensuel CPR AM.
    La société de gestion souligne notamment les précédents
résultats d'entreprises, dont les chiffres d'affaires ont
profité du recul de l'euro, une tendance qui devrait se
maintenir au cours des prochains trimestres, considère CPR AM.
    En termes de souscriptions, la collecte nette au niveau
mondial des fonds investis en actions d'Europe occidentale a
ralenti sans pour autant se tarir avec 19,62 milliards de
dollars de flux positifs au deuxième trimestre (73,9 milliards
au premier semestre), selon les données d'EPFR Global, société
spécialisée dans le suivi des flux.
    Du côté des gestions obligataires, celles-ci ont vu leur
collecte s'effondrer à 3,1 milliards de dollars (100,2 milliards
au premier semestre), les fonds spécialisés dans les titres de
dettes européennes ayant subi 7,8 milliards de dollars de
sorties au deuxième trimestre.
    
    
         TABLEAU DE LA PERFORMANCE DES FONDS AU T2  
 Catégorie d'actifs  Nombre   T1     T2     S1     Volatilité
                                                    sur 3 ans
 ----------------------------------------------------------
 Obligations          1.940   6,40  -2,66    3,63         5,33
 Actions              3.789  14,80  -2,19   10,22        13,92
 Diversifié           1.651   8,04  -2,17    4,88         6,72
 Monétaire              443   2,36  -0,44    1,89         1,76
 Autre                   35   6,10  -2,17    2,97        10,78
 Immobilier               1   0,00   0,00    0,00        17,28
 Matières premières      35   0,59   0,12   -2,54        10,71
 Alternatifs            647   3,94  -1,09    2,56         8,78
 ----------------------------------------------------------
 Total                8.541  10,04  -2,11    6,61         9,63
    Source : Lipper IM
    (A l'exception du nombre de fonds, les données sont en %)
    
    * LE POINT sur la gestion d'actifs en France 

 (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)