LEAD 1-La Bourse de Tokyo gagne 0,38% avec la Grèce et la Chine

mercredi 15 juillet 2015 08h33
 

TOKYO, 15 juillet - La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,38% mercredi, rassurée par la stabilisation des Bourses chinoises et l'accord sur une sortie de crise de la Grèce.

L'indice Nikkei a gagné 78,00 points à 20.463,33 points, à son meilleur niveau depuis le 3 juillet, et le Topix , plus large, a pris 7,70 points (0,47%) à 1.646,41 points.

Après plusieurs séances de rebond, et malgré l'annonce d'une croissance plus forte qu'attendu au deuxième trimestre, les indices chinois sont repartis à la baisse mercredi, le CSI300 et le Shanghai Composite perdant respectivement 4,35% et 4% au moment de la clôture de Tokyo, sans remettre en cause cependant le sentiment que le pire est passé.

Les investisseurs attendent par ailleurs le vote du Parlement grec sur l'accord conclu lundi entre Athènes et ses créanciers européens et les réformes qui y sont associées.

"Il y a un sentiment de soulagement avec le redressement des marchés chinois et les espoirs de résolution de la crise en Europe. Si ces deux facteurs de risque sont derrière nous, alors l'attention se focalisera de nouveau sur les résultats de sociétés, qui s'annoncent bons", remarque Stefan Worrall, chez Credit Suisse. "Mais attention, il faudra bien s'assurer que ces facteurs d'instabilité sont vraiment derrière nous."

L'opérateur de cinémas Toho (+3,56%) et la chaîne de restauration Saizeriya (+6,83%) ont été recherchés après de solides résultats trimestriels. Les grands magasins Takashimaya, plombés ces derniers jours par les inquiétudes sur la consommation chinoise, ont rebondi de leur côté de 4,18% à la faveur d'un relèvement de recommandation d'un analyste.

Contre la tendance, Toshiba a cédé 1,78% à 474,9 yens. Selon un article du journal Nikkei, confirmé par des sources internes, le directeur général Hisao Tanaka va démissionner en septembre, avec plusieurs membres du conseil dont le vice-président Norio Sasaki, pour assumer la responsabilité de l'affaire d'irrégularités comptables qui ternit la réputation du groupe industriel. (Hideyuki Sano, Véronique Tison pour le service français)