Chine-Hundsun réfute toute implication dans la tempête boursière

lundi 13 juillet 2015 08h33
 

PEKIN, 13 juillet (Reuters) - Hundsun Technologies , une société spécialisée dans les technologies d'information financière contrôlée par Jack Ma, le fondateur d'Alibaba Group Holding, a fustigé lundi les médias qui imputent à sa plateforme la tourmente qui a secoué les places boursières chinoises.

"Ce n'est ni objectif ni rationnel de dire que HOMS a été le principal facteur des turbulences boursières", explique Hundsun, dans un commniqué publié en Bourse de Shanghaï.

La plateforme HOMS a été fondée en mai 2012 sur la base d'une informatique dématérialisée ("cloud") et était destinée à l'origine à des sociétés de gestion d'actifs de taille petite et moyenne.

Mais l'envolée des cours l'a amenée à être fréquentée par des "intermédiaires du marché gris", des prêteurs qui permettent aux spéculateurs d'emprunter jusqu'à 10 fois leurs capital de départ pour un intérêt annualisé pouvant atteindre 17%.

Lors des quatre dernières semaines, lorsque la Bourse chinoise avait dégringolé de quelque 30%, les investisseurs alourdis par un tel endettement avaient dû vendre en toute hâte pour répondre aux appels de marge, alimentant ainsi une spirale baissière infernale.

Même si la China Securities Regulatory Commission (CSRC) a dit que les financements de marge hors marché et les liquidations passés par l'intermédiaire de HOMS n'ont représenté qu'un proportion modeste de l'ensemble des transactions, certains médias chinois ont reproché à la plateforme d'avoir d'abord alimenté un rally s'appuyant sur un fort effet de levier et ensuite le brutal retournement baissier du marché.

Dans son communiqué, Hundsun explique que les dégagements forcés effectués sur sa plateforme HOMS du 15 juin au 10 juillet n'ont représenté que 30,1 milliards de yuans (4,35 milliards d'euros), soit 0,1% du volume total des transactions durant cette période.

Miniu98.com, une plateforme de financement de marge fonctionnant en P2P via HOMS et fondée par un ex-dirigeant d'Hundsun, a dit lundi qu'elle cesserait de prêter des fonds permettant de spéculer sur le marché boursier.

L'autorité de tutelle boursière chinoise a averti dimanche les sociétés de courtage de ne pas proposer leurs services à des firmes engagées dans des activités illicites, les engageant à respecter les règles qui obligent en particulier les investisseurs à utiliser leur vrai nom ainsi que des numéros d'identification nationaux.

L'agence Chine nouvelle écrit lundi que le régulateur chinois d'internet a ordonné aux autorités locales et aux sociétés d'hébergement de sites de retirer les publicités en ligne "illégales" qui proposent des prêts pour investir en Bourse, en permettant en particulier aux investisseurs d'utiliser des comptes multiples. (Shu Zhang et Matthew Miller, Wilfrid Exbrayat pour le service français)