13 juillet 2015 / 04:29 / il y a 2 ans

LEAD 3-La zone euro adopte un plan de sortie de crise pour la Grèce

* Athènes restera dans la zone euro, dit Hollande

* Tsipras a donné des gages aux “faucons” de l‘euro

* Le PM grec a obtenu gain de cause sur les privatisations

* Près de deux jours de négociations à Bruxelles (Avec détails supplémentaires, réaction allemande)

par Julien Ponthus et Renee Maltezou

BRUXELLES, 13 juillet (Reuters) - Les dirigeants de la zone euro ont conclu lundi un marathon de négociations par un accord unanime sur un plan de sortie de crise qui permet de maintenir la Grèce dans l‘union monétaire, au prix pour Athènes d‘un douloureux train de réformes.

Après 48 heures de discussions, dont une nuit blanche pour les chefs d‘Etat et de gouvernement, un accord de principe a été arraché qui “permet à la Grèce de rester dans la zone euro”, s‘est félicité François Hollande.

Le chef de l‘Etat, qui a salué un accord “historique”, a aussi souligné que “l‘intérêt général” de l‘Europe avait primé et que la zone euro voyait ainsi son intégrité préservée, tout en soulignant qu‘elle devrait, dans les prochains mois, être renforcée.

François Hollande s‘est fait, durant ces négociations, l‘avocat du maintien d‘Athènes dans le bloc monétaire européen face aux “faucons” emmenés par Berlin et le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble.

La négociation a été âpre et a fait l‘objet durant la nuit de suspensions qui ont vu se réunir en comité restreint François Hollande, le Premier ministre grec Alexis Tsipras, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk.

S‘il s‘est lui aussi satisfait de l‘accord, Alexis Tsipras a reconnu que ce troisième plan de sauvetage, d‘un montant de quelque 80 milliards d‘euros, serait “difficile” pour son pays.

CE SERA LONG ET DIFFICILE, PRÉVIENT MERKEL

Excédés par les revirements d‘Athènes au cours de mois de négociations qui ont précédé, les responsables de la zone euro ont obtenu que le parlement grec adopte d‘ici le 15 juillet une réforme de la TVA et des retraites, avant d‘enclencher le plan.

Les dirigeants européens redoutaient qu‘après l‘obtention des fonds, le gouvernement grec n‘interrompe la mise en oeuvre des privatisations et des réformes promises à ses créanciers, comme celle des retraites ou de la fiscalité.

Ils ont également durci de manière conséquente le plan de réformes approuvé samedi par le parlement grec et qui reprenait déjà de nombreuses exigences des créanciers, pourtant rejetées par les citoyens grecs dimanche 5 juillet lors d‘un référendum.

Ces propositions étaient jugées insuffisantes par des pays comme l‘Allemagne ou la Finlande, même si la France ainsi que les experts des “institutions” - Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international - leur ont donné un premier avis favorable vendredi.

Berlin, qui réclamait une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro, a fini par souscrire à un accord et Angela Merkel a assuré lundi qu‘elle recommanderait au Bundestag de voter en faveur du plan de sauvetage dès lors que les réformes auront été adoptées par la Grèce.

Interrogée sur sa confiance en la capacité du gouvernement Tsipras à mettre en oeuvre ces réformes, elle a répondu que ce serait “un chemin long et difficile” et estimé que la Grèce s‘était punie elle-même en laissant son économie se détériorer depuis six mois et en fermant ses banques pendant deux semaines.

DETTE ET INVESTISSEMENTS AU CRÉDIT DE TSIPRAS

La pilule est amère pour Alexis Tsipras, qui avait fait de la lutte contre les politiques d‘austérité son cheval de bataille. Privatisations, coupes budgétaires, libéralisation du marché du travail et de pans entier de l‘économie attendent la Grèce. (voir )

Mais son gouvernement de gauche radicale a cependant réussi à éviter lors des négociations, avec le soutien de la France, qu‘un fonds regroupant des actifs publics grecs destinés à être privatisés soit domicilié au Luxembourg.

“L‘accord est difficile mais nous avons coupé court au mouvement de transfert d‘actifs publics à l‘étranger. Nous nous sommes épargnés un étranglement financier et un effondrement du système bancaire”, a dit Alexis Tsipras à la presse.

Ce fonds, ont précisé plusieurs dirigeants, permettra de rembourser la dette à mesure que les actifs seront cédés. La moitié de sa valeur, soit 25 milliards d‘euros, servira aussi à la recapitalisation des banques grecques.

La question du rééchelonnement d‘une partie de sa dette, qui représente 175% du produit intérieur brut (PIB) du pays, a aussi été entérinée par François Hollande qui a évoqué un allongement des maturités des prêts et des aménagements sur les intérêts.

L‘aménagement de la dette suscitait de fortes réticences dans certains pays comme l‘Allemagne mais constitue le principal argument d‘Alexis Tsipras pour faire accepter par ses compatriotes les nouvelles mesures d‘austérité.

Le Premier ministre pourra aussi faire valoir un programme d‘investissement de 35 milliards d‘euros par l‘intermédiaire du plan Juncker.

Les ministres des Finances devaient se pencher lundi après-midi sur les moyens de financer un prêt relais et répondre aux besoins financiers immédiats de la Grèce en attendant le déblocage des fonds du Mécanisme européen de stabilité.

“L‘enjeu était d‘offrir à la Grèce un financement long pour assurer justement sa sortie de la crise mais aussi un financement immédiat pour en terminer avec ce que la Grèce vit en ce moment et qui va durer encore”, a dit François Hollande.

Les banques grecques sont toujours fermées et complètement dépendantes des liquidités d‘urgence accordées par la Banque centrale européenne, qui ne devrait pas augmenter le plafond de ce mécanisme, selon des sources au fait du dossier.

Lire aussi : Principaux points de l‘accord

Avec Paul Taylor, et Grégory Blachier à Paris, édité par Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below