Grèce-Les rebelles de Syriza risquent d'être évincés du pouvoir

lundi 13 juillet 2015 01h57
 

par Renee Maltezou et James Mackenzie

BRUXELLES/ATHENES, 13 juillet (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras s'apprête à entamer une semaine éprouvante en évinçant du pouvoir les "frondeurs" de son parti, opposés aux réformes douloureuses qui vont devoir être votées par le Parlement en quelques jours, apprend-on dans l'entourage du gouvernement.

Avec dans la balance l'avenir de la Grèce dans la zone euro et des partenaires européens exigeant des gestes concrets immédiats pour rétablir un climat de confiance et prouver son engagement à réformer, le chef du gouvernement de la gauche radicale n'a pas les moyens d'attendre.

Pour convaincre les créanciers de la Grèce d'engager les négociations sur un troisième plan de sauvetage, la Grèce va devoir voter d'ici mercredi soir des lois sur la réduction des dépenses publiques, le relèvement de la TVA, réformer les retraites, modifier les règles sur la faillite et avancer les privatisations.

Or, les tensions au sein de Syriza, le parti de la gauche radicale au pouvoir, ont été mises à nu vendredi avec la fronde de 17 députés Syriza qui ont fait défection pour le vote qui devait autoriser le gouvernement à ouvrir des négociations sur un nouveau plan de sauvetage, ce qui a contraint Tsipras à s'appuyer sur les partis d'opposition pour obtenir son mandat.

Le gouvernemnt dispose de 162 sièges sur les 300 que compte le Parlement : 149 pour Syriza et 13 du parti souverainiste de droite des Grecs indépendants, parti minoritaire de la coalition au pouvoir.

S'attaquer aux conséquences de cette révolte fournira un signal clair du degré de détermination de Tsipras à faire passer les réformes exigées par les partenaires européens.

Il n'est pas certain que la coopération avec les partis d'opposition débouche sur un gouvernement d'union nationale en bonne et due forme, avec portefeuilles ministériels à la clé. Quoi qu'il en soit, les frondeurs ont compromis l'avenir du gouvernement de la gauche radicale.

  Suite...