France-La SCOP Sea France déboutée, le port de Calais bloqué

lundi 29 juin 2015 17h18
 

LILLE, 29 juin (Reuters) - Les marins en colère de la SCOP Sea France ont entrepris lundi de bloquer le port de Calais après le refus du tribunal de commerce de Boulogne-sur-mer de prolonger leur contrat d'affrètement, apprend-on de sources syndicale et portuaire.

Les accès aux navires à quai étaient impossibles lundi en fin d'après-midi, ont confirmé les mêmes sources.

Le tribunal de commerce a refusé lundi de prolonger le contrat liant Eurotunnel à la SCOP Sea France qui exploite deux navires de la compagnie maritime MyFerryLink.

Forcé par les autorités britanniques de la concurrence, Eurotunnel a cédé deux des trois navires de sa filiale MyFerryLink à son concurrent danois DFDS.

"C'est scandaleux et surprenant", a déclaré à Reuters Eric Vercoutre, responsable du Syndicat Maritime Nord majoritaire.

"L'espoir, c'est que le tribunal a exigé d'avoir le contrat annoncé entre Eurotunnel et DFDS avec une astreinte en cas de non présentation, on va voir ce que cela donne", a-t-il ajouté.

Le blocage du port de Calais pourrait être une première action de protestation des marins de la SCOP Sea France, qui avaient déjà bloqué le trafic des trains d'Eurotunnel mardi dernier, provoquant le chaos dans les transports.

Le contrat d'affrètement des navires Berlioz et Rodin, propriété d'Eurotunnel, arrive à expiration mardi soir. Les responsables de la SCOP avaient demandé une prolongation de deux mois pour pouvoir améliorer leur dossier de reprise.

Eurotunnel a déjà annoncé avoir confié à partir du 2 juillet au groupe danois DFDS l'exploitation des deux navires, DFDS s'engageant à reprendre 202 salariés sur les 577 de la SCOP.

La SCOP Sea France a également déposé un dossier pour pouvoir reprendre l'exploitation des navires, dossier jugé peu convaincant par Eurotunnel en dépit du soutien financier de la région Nord-Pas-de-Calais.

Les nombreux migrants qui se trouvent à Calais avaient massivement essayé de passer au Royaume-Uni mardi dernier en profitant de l'embouteillage créé par la fermeture du tunnel. (Pierre Savary, édité par Yves Clarisse)