Grèce-Merkel face à "un choix difficile", selon Varoufakis

samedi 20 juin 2015 21h13
 

BERLIN, 20 juin (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel devra faire un "choix difficile", lundi à Bruxelles, lors du sommet extraordinaire de la zone euro, souligne le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis dans un entretien publié samedi, laissant entendre que la balle est dans le camp de Berlin.

La Grèce, qui doit rembourser le 30 juin 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI), risque d'en être incapable si elle ne parvient pas à s'entendre d'ici là avec ses créanciers sur un programme de réformes à même de les convaincre de débloquer une nouvelle tranche d'aide.

Jugeant qu'elles ne feront qu'aggraver la situation économique et sociale, Athènes s'oppose toutefois à leurs exigences et les négociations sont dans l'impasse. Sans nouvelles propositions de la partie grecque, les Etats membres de la zone euro réfléchiront aux conséquences d'un défaut de paiement, ont averti vendredi des responsables européens.

"Lundi, la chancelière allemande sera face à un choix difficile : conclure un accord honorable avec un gouvernement qui s'oppose au 'renflouement' et recherche une solution négociée qui mette fin une fois pour toute à la crise grecque, ou prêter l'oreille aux sirènes qui, au sein de son gouvernement, l'encouragent à passer par dessus bord le seul gouvernement grec ayant des principes et qui puisse conduire le peuple grec sur la voie de véritables réformes.

"Ce choix, j'en ai bien peur, c'est à elle de le faire", dit Yanis Varoufakis dans l'entretien publié sur le site internet du Frankfurt Allgemeine Sonntagszeitung. (Caroline Copley, Jean-Philippe Lefief pour le service français)