France-Valls salue la prévision Insee d'une croissance de 1,2%

vendredi 19 juin 2015 12h30
 

LE BOURGET, Seine-Saint-Denis, 19 juin (Reuters) - Manuel Valls a salué vendredi la prévision par l'Insee d'une croissance économique de 1,2% en France cette année, supérieure à celle du gouvernement (1%), soulignant que son rythme en fin d'année permettrait de faire progressivement reculer le chômage.

Le Premier ministre a ainsi espéré que le rythme de la croissance fin 2015 serait de 1,5%, l'Institut de la statistique ayant annoncé jeudi prévoir un rythme de 1,6%.

Le gouvernement n'a pour l'instant pas changé sa prévision de croissance pour 2015. Ces hypothèses macroéconomiques seront actualisées dans les prochaines semaines par Bercy dans le cadre de la préparation du projet de budget de la France pour 2016.

"Les prévisions de croissance vont dans le bon sens", a dit Manuel Valls, lors d'une visite au Salon aéronautique du Bourget, estimant qu'"on sent un climat qui change, un optimisme qui revient".

"Le rythme de croissance à la fin de l'année sera, je l'espère, autour de 1,5%. Et à partir de ce moment-là, on crée suffisamment d'emplois pour non seulement stabiliser le niveau du chômage (...) (mais), je crois, progressivement, de faire baisser le chômage", a-t-il ajouté.

"La conjoncture, à condition qu'elle ne soit pas remise en cause, par exemple par la crise grecque, nous aide", a encore déclaré le Premier ministre.

Selon l'Insee, le PIB de la France devrait croître de 0,3% au deuxième trimestre 2015, après +0,6% au premier, puis 0,3% au troisième et 0,4% au quatrième, atteignant 1,2% sur l'ensemble de 2015 et un rythme de 1,6% fin 2015, le plus rapide depuis fin 2011.

L'Insee estime que 41.000 postes seront créés cette année dans le secteur marchand contre -45.000 en 2014, portant à 114.000 le total des créations de postes cette année.

Après une légère baisse du taux de chômage au sens du Bureau international (BIT) du travail au premier trimestre, à 10,3% de la population active et 10,0% en métropole, l'Insee estime qu'il atteindra 10,4% au deuxième trimestre et 10,1% en métropole, des niveaux auquel il se maintiendra sur le restant de l'année. (Elizabeth Pineau, avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Sophie Louet)