L'économie US assez solide pour une hausse des taux-Fed

mercredi 17 juin 2015 20h20
 

WASHINGTON, 17 juin (Reuters) - La croissance de l'économie américaine est modérée, après le coup de froid hivernal, mais sans doute suffisamment solide pour supporter une hausse des taux d'intérêt d'ici la fin de l'année, ont laissé entendre mercredi les responsables de la Réserve fédérale (Fed).

La situation du marché de l'emploi continue de s'améliorer mais avec toutefois un chômage qui serait un peu plus élevé en fin d'année qu'on ne le pensait en mars. L'inflation reste faible mais devrait progressivement remonter vers l'objectif de moyen de terme de 2%, a poursuivi la Fed.

Le communiqué et les projections laissent penser que la Fed est bien partie pour relever les taux une ou deux fois à l'occasion des quatre réunions de politique monétaire qu'il lui reste à tenir cette année. Le taux des Fed funds a été maintenu cette fois-ci dans la fourchette 0-0,25%.

"L'activité économique croît modérément", écrit la Fed dans son communiqué publié au terme d'une réunion de deux jours. "Les créations d'emplois ont accéléré tandis que le taux de chômage reste stable. Globalement, toute une série d'indicateurs du marché du travail laissent penser que la sous-utilisation des ressources du travail a quelque peu diminué".

Dans leurs projections, les responsables de la Fed ont abaissé leurs anticipations pour la croissance de 2015, à 1,8%-2,0% contre 2,3%-2,7% précédemment, pour prendre en compte le coup d'arrêt du début d'année. C'est la deuxième fois depuis décembre que la banque centrale revoit en baisse ses projections de croissance pour 2015.

Pour 2016, la Fed anticipe une croissance de 2,4% à 2,7% contre 2,3 à 2,4% précédemment. Pour 2017, elle mise sur une croissance de 2,1% à 2,5% contre 2,0 à 2,4% précédemment.

Les projections des responsables de la Fed donnent toujours un taux des Fed funds de l'ordre de 0,625% en fin d'année et à 1,625% fin 2016, en déçà de leur précédente projection qui le donnait à 1,875%.

Pour cette année, cela impliquerait deux hausses d'un quart de point d'ici la fin de l'année, la première en septembre, suivant l'avis de beaucoup d'analystes.

La présidente Janet Yelle tiendra une conférence de presse dans quelques minutes.

(Howard Schneider, Wilfrid Exbrayat pour le service français)