SYNTHESE 2-Dialogue de sourds sur la Grèce, tension sur les marchés

mardi 16 juin 2015 21h46
 

* Tsipras reproche aux créanciers de vouloir "humilier" la Grèce

* L'opposition lui demande de conclure un accord

* Juncker s'emporte contre le gouvernement grec

* La Bourse grecque chute encore, les rendements obligataires montent (Actualisé avec Tsipras §6, Lew §7, Juncker §§14-15)

par Lefteris Papadimas et Erik Kirschbaum

ATHENES/BERLIN, 16 juin (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a de nouveau dénoncé mardi l'intransigeance de ses créanciers en les accusant de vouloir "humilier" son pays, les deux parties poursuivant un dialogue de sourds malgré la menace d'un défaut aux conséquences imprévisibles.

Le ton très ferme employé par le chef du gouvernement suggère qu'il n'a aucune intention d'accepter les concessions que lui réclament ses bailleurs de fonds.

L'approche de l'échéance du 30 juin, date à laquelle Athènes doit rembourser près de 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI), rend les marchés financiers de plus en plus nerveux.

L'indice FTSEurofirst 300 des actions européennes est tombé en séance à son plus bas niveau depuis février et les rendements des obligations d'Etat de la zone euro remontent, reflétant les craintes de contagion au sein de la région. Le rendement des titres grecs à deux ans, lui, dépasse désormais 30%.   Suite...