Wall Street, préoccupée par la Grèce, ouvre en baisse

lundi 15 juin 2015 15h42
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 15 juin (Reuters) - Wall Street a ouvert lundi en baisse dans la foulée des autres marchés mondiaux avec des investisseurs inquiets de l'impasse dans les discussions entre Athènes et ses créanciers internationaux.

L'indice Dow Jones perd 77,21 points dans les premiers échanges, soit 0,43%, à 17.821,63 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,51% à 2.083,41 points et le Nasdaq Composite cède 0,80% à 5.010,75.

La Grèce a réitéré lundi son refus de céder aux exigences de ses bailleurs de fonds, notamment sur les retraites, après l'échec des pourparlers du week-end qui fait craindre à la Commission européenne un basculement du pays dans un "état d'urgence" en cas de sortie de la zone euro.

La tendance baissière de la Bourse de New York s'explique en outre par des indicateurs plutôt rassurants sur la santé de l'économie des Etats-Unis et qui alimentent les inquiétudes des investisseurs d'un renchérissement prochain du crédit sous la forme d'une hausse des taux par la Réserve fédérale, dont le Comité de politique monétaire se réunit mardi et mercredi.

Les économistes et les grosses banques de Wall Street parient désormais sur un premier relèvement des taux dès le mois de septembre.

Tous les voyants ne sont cependant pas au vert pour la première économie du monde. La production industrielle américaine a ainsi baissé contre toute attente au mois de mai sous l'effet de la vigueur du dollar et des programmes de réduction des coûts dans le secteur de l'énergie.

L'activité manufacturière a ralenti en juin dans l'Etat de New York, à son rythme le plus bas depuis plus de deux ans, montre par ailleurs l'indice "Empire State" de la Fed de New York.

Aux valeurs, United Technologies baisse de 2% dans les premiers échanges après avoir annoncé qu'il allait se séparer de sa filiale d'hélicoptères, Sikorsky.

Contre la tendance, Standard Pacific et Ryland Group bondissent chacun de plus 6% après avoir annoncé un projet de fusion pour donner naissance au numéro quatre de la construction de maisons aux Etats-Unis.

(Tanya Agrawal; Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)