June 11, 2015 / 8:42 AM / in 2 years

LEAD 1 -Safran-Le CFM56 approche 90% de PDM depuis le début de l'année

3 MINUTES DE LECTURE

* PDM historique du CFM56 aux environs de 55-56%

* Trop tôt pour s'engager sur une hausse de cadence du LEAP-DG

* Cadence du Rafale triplée en 3 ans en cas de nouveaux contrats (Actualisé avec précisions)

PARIS, 11 juin (Reuters) - Le moteur aéronautique civil CFM56 affiche une part de marché proche de 90% depuis le début de l'année, loin de ses niveaux historiques de 55-56%, a déclaré vendredi Philippe Petitcolin, directeur général de Safran .

Le CFM56, produit par Safran en coentreprise avec General Electric, a engrangé 356 commandes depuis le début de l'année, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse en prélude au salon du Bourget, qui ouvre ses portes le 15 juin près de Paris.

L'équipementier pour l'aéronautique et la défense ne s'est pas encore engagé sur une hausse des cadences de production de son moteur LEAP, le successeur du CFM56, a-t-il ajouté.

Airbus et Boeing ont annoncé leur intention d'augmenter fortement la production de leurs monocouloirs respectifs, l'A320 et le 737, qui bénéficient chacun d'une version remotorisée par le LEAP.

Dans la défense, Safran n'en est pas encore à envisager une deuxième chaîne de montage pour les moteurs destinés à l'avion de combat Rafale de Dassault Aviation, après les deux premiers contrats signés à l'export en Egypte et au Qatar, a précisé Philippe Petitcolin.

"Si de nouvelles commandes arrivaient, là oui, on parlerait d'augmentations de cadences" comparé au rythme actuel d'un avion par mois, a-t-il dit.

"Si on cumule l'ensemble des prospects sur lesquels les chances d'obtention de commandes sont relativement bonnes (..), nous pouvons arriver à l'horizon de trois ans à des cadences de l'ordre de trois avions par mois", a ajouté Philippe Petitcolin.

Outre la signature d'une commande de 36 Rafale en Inde en cours de négociation, Dassault Aviation discute également avec la Malaisie et les Emirats arabes unis, entre autres.

Le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier avait déclaré à Reuters en mai que le groupe doublerait sa production annuelle de Rafale en deux à trois ans une fois signé le contrat de vente avec l'Inde.

Philippe Petitcolin s'est par ailleurs refusé à tout commentaire sur le prix de 100 à 200 millions d'euros avancé par les médias pour l'acquisition par Airbus Safran Launchers (ASL), coentreprise à parité avec Airbus Group, des 34% d'Arianespace détenus par le Centre national d'études spatiales (Cnes).

Arianespace a vocation à être contrôlée par ASL a dit mercredi le Premier ministre Manuel Valls, à l'issue d'une réunion ministérielle sur la filière Ariane. (Cyril Altmeyer et Tim Hepher, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below