La Bourse de Paris-Les valeurs du jour mercredi (clôture)

mercredi 10 juin 2015 18h06
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 10 juin (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la
Bourse de Paris, qui a clôturé en hausse, portée par l'espoir
d'une avancée dans le dossier grec et celui d'une rencontre
entre le Premier ministre grec Alexis Tsipras et la chancelière
allemande Angela Merkel.
    L'indice CAC 40 a terminé en hausse de 1,75% à
4.934,91 points:
    
    * SOLVAY (+5,32% à 129,65 euros) a terminé en tête
des hausses du CAC 40 après avoir relevé ses objectifs
d'économies à moyen terme et confirmé ses autres prévisions
financières pour 2016. 
    
    * KERING (+4,19% à 160,35 euros) et LVMH 
(+4,13% à 161,55 euros) ont repris quelques couleurs après
plusieurs séances de repli. Un stratégiste souligne la qualité
des fondamentaux des deux groupes et anticipe une amélioration
des résultats, tout en précisant que dans le cas de LVMH une
telle perspective est déjà bien intégrée dans les cours.

    * De nombreuses VALEURS au profil plus risqué, en
particulier les CYCLIQUES et les FINANCIERES, ont aussi retrouvé
des couleurs avec la perspective d'une avancée dans le dossier
grec, d'autant que la BCE a porte à 83 milliards d'euros son
aide d'urgence aux banques grecques, selon des sources
bancaires. 
    MICHELIN a grimpé de 3,68% à 101,40 euros. Kepler
Cheuvreux estime également dans une note que le fabricant de
pneumatiques pourrait encore relever ses prix en Europe. VALEO
 a progressé de 2,48% à 146,50 euros et SAINT-GOBAIN
 de 2,11% à 41,545 euros.
    Du côté des financières, BNP PARIBAS a avancé de
2,15% à 55,56 euros, CREDIT AGRICOLE de 1,93% à 13,485
euros et SOCIETE GENERALE de 1,87% à 42,985 euros.
    
    * AIRBUS GROUP a pris 2,68% à 60,53 euros. Le
Koweït veut acheter 24 hélicoptères Caracal à Airbus et le
groupe va prendre le contrôle d'Arianespace avec SAFRAN 
(+1,33% à 61,86 euros). et 
    
    * Les VALEURS européennes du secteur de l'ENERGIE 
(+2,01%) ont été recherchées, dopées par la remontée des cours
du pétrole, le baril de Brent prenant 0,5% vers 18h
alors que les stocks américains de brut ont connu la semaine
dernière leur plus forte baisse depuis juillet dernier.
 
    TOTAl a pris 2,14% à 45,025 euros pendant que,
hors CAC, MAUREL & PROM a gagné 5,64% à 7,42 euros et
CGG 1,49% à 6,14 euros.
    
    * En revanche, SCHNEIDER ELECTRIC a perdu 0,09% à
65,96 euros, plus forte des deux seules baisses du CAC 40, la
valeur ayant testé sa moyenne mobile à 200 jours, à 65,573
euros.
        
    * CAPGEMINI a cédé seulement 0,05% à 77,69 euros
après l'augmentation de capital réalisée par le groupe de
services informatiques, le repli enregistré par la SSII en
Bourse ayant été limité par le succès de cette levée de fonds.
 
    
    * SOLOCAL GROUP a chuté de 12,28% à 0,393 euro,
plus forte baisse de l'indice SBF 120, après la
publication par Kepler Cheuvreux d'une note sur la situation
financière du spécialiste des annuaires imprimés et numérisés,
dont la valeur des actifs, selon le broker, a 85% de chance de
tomber sous la valeur de l'encours de sa dette. 
    
    * NEOPOST a encore lâché 2,15% à 42,265 euros au
lendemain d'un repli de 2,48%, les investisseurs se montrant
déçus du niveau d'activité annoncé la veille par le spécialiste
du traitement du courrier et de la logistique. 
    
    * INNATE PHARMA a bondi de 7,06% à 14,87 euros. Un
gérant souligne l'intérêt autour de la biotech marseillaise
depuis l'accord conclu avec AstraZeneca dans le domaine
prometteur du traitement des cancers par immunothérapie qui
pourrait lui rapporter jusqu'à 1,3 milliard de dollars.
 
    
    * SPIE a réussi ses débuts en Bourse en clôturant
à 17,45 euros, soit une hausse de 5,76% par rapport à son prix
d'introduction de 16,50 euros par action. 
    
    * EUROPACORP s'est adjugé 5,57% à 5,50 euros,
portée par une information de presse selon laquelle la société
de production négocie avec un partenaire qui pourrait devenir
majoritaire et envisage un retrait de la cote. 

 (Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par
Jean-Michel Bélot)