RPT-Le Brésil lance un plan de 57 mds pour les infrastructures

mardi 9 juin 2015 17h45
 

(Répétition mastic §1)

BRASILIA, 9 juin (Reuters) - La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a présenté mardi un projet de concessions visant à susciter 198,4 milliards de réals (56,8 milliards d'euros) d'investissements privés sur cinq ans pour moderniser et gérer les routes, le transport ferroviaire, les aéroports et les terminaux portuaires.

Ce plan prévoit la construction de 4.371 kilomètres d'autoroutes, l'extension de certaines concessions ferroviaires existantes et le transfert au privé de l'exploitation de plusieurs aéroports, comme ceux de Porto Alegre, Fortaleza, Salvador et Florianopolis.

Les nouvelles concessions auront un accès réduit aux financements des banques publiques et les concessionnaires devront financer en partie les projets avec des capitaux privés.

Ce plan vise entre autres à soutenir l'activité économique au Brésil, aujourd'hui au bord de la récession, et à restaurer l'image de Dilma Rousseff, altérée ces derniers mois par le scandale de corruption au sein de la compagnie pétrolière publique Petrobras et par la flambée de l'inflation.

Le gouvernement attend 66,1 milliards de réals d'investissements dans les autoroutes, 86,4 milliards dans le transport ferroviraire, 37,4 milliards dans les ports et 8,5 milliards dans les aéroports.

Les enchères pour les concessions aéroportuaires devraient débuter au premier trimestre 2016.

Brasilia va par ailleurs ouvrir au privé 29 terminaux portuaires.

La banque publique de développement BNDES continuera de jouer un rôle "important" dans le financement des infrastructures, a déclaré le gouvernement, notamment dans le domaine du transport ferroviaire, où elle pourra financer jusqu'à 90% du montant des projets.

Les projets routiers, eux, pourront être financés jusqu'à 40% par des prêts bonifiés de la BNDES, à condition que leur budget soit assuré à au moins 10% par l'émission d'obligations d'infrastructures.

(Alonso Soto, Silvio Cascione et Anthony Boadle, Marc Angrand pour le service français)